navigation   le site   \  le blog vendredi 18 octobre 2019      
 Scorpions au Zenith de Dijon  
Passage du mythique groupe allemand Scorpions par Dijon. J'attendais leur venue avec impatience. J'avais réellement envie de les photographier, leur énergie, leur extravagance, notamment celle du guitariste Rudolf Schenker.
J'ai donc longuement étudié, à travers les vidéos de concerts postées sur le net, leur plan de scène, leurs attitudes.

Arrivé sur place, l'installation est impressionnante. Une longue avancée de la scène (exempte de retours, ils jouent avec une oreillette) amène jusqu'au milieu du public. Le pit en fait bien entendu le tour, et sa largeur avoisine par endroits les 3 mètres. Royal.
Nous sommes peu de photographes accrédités. Dès le début du concert, je me place côté jardin, de façon à être face à ma "cible", Schenker.

Dès qu'il prend son premier chorus, je m'approche et commence à le photographier. Mes collègues photographes sont de l'autre côté du crash, à l'opposé. Je suis donc seul face au guitariste qui, lorsqu'il me voit, adopte des expressions terribles, pose un genou à terre et me désigne du doigt, tout en continuant à jouer.
Il prend en quelque sorte la pose pour moi tout seul, avec environ 7-8000 personnes derrière moi et les autres photographes du mauvais côté de la scène.
Je jubile intérieurement, essaye de rester zen et m'applique à faire un maximum de clichés pour assurer ma prise. Trop bon.

A la fin des 3 morceaux autorisés pour shooter, je quitte le pit avec environ 150 déclenchements.
Je dois avouer que j'ai pu faire toutes les photos que j'espérais, et même plus. J'ai également profité de cette longue avancée pour prendre les musiciens de l'arrière, avec le public en fond.
Vraiment satisfait. Ce groupe assure le spectacle avec une démesure et une conviction impressionnantes. Un vrai bonheur, sans doute un de mes meilleurs souvenirs de concert photographié...

J'ai vraiment hâte de pouvoir me consacrer au traitement et à la sélection de toutes les photos que j'ai faites... Une petite en attendant la suite, que j'espère mettre en ligne bientôt :
A suivre donc...

Edit : les photos sont maintenant en ligne
Scorpions, Le Zenith, Dijon - novembre 2012
photo non libre de droits


[8 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Quelques portraits hors scène ...  
Il y a quelques temps j'ai ajouté à ce site une partie intitulée "Portraits Hors Scène".
Dans cette galerie, je présente des portraits d'artistes ou de personnalités culturelles que j'ai photographié mais en dehors de la scène, dans des portraits, posés ou non.

Ce sont à la fois des photos réalisées lors de conférences de presse sur des festivals, mais aussi des portraits commandés par le journal pour lequel je travaille : metteurs en scène, compositeurs, comédiens ...

Si j'aime faire ce genre de photo lors de conférences de presse collectives, là où je peux me fondre dans la masse et travailler discrètement, je dois avouer que les portraits qu'on me commande et où je dois donc diriger la séance en tête à tête avec le sujet me stressent pas mal. Spectateur plutôt qu'acteur, c'est ainsi que je vois et aime vivre mon activité photo.

Je ne présente pas ici tous les portraits "posés" qu'on m'a commandé, car je préfère en oublier certains :)
Ceci dit, il y en a quelques-uns que j'estime n'avoir pas trop raté... ils sont donc dans cette galerie (mise à jour au gré des commandes... ).

Anaïs en interview, festival du Chien à Plumes, Villegusien (52) - août 2009
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Shaka Ponk au Zenith de Dijon 
La saison concerts a reprit, et avec elle son lot de bons moments.
J'avais noté dans mon agenda la venue au Zenith dijonnais de Shaka Ponk, que j'avais découvert en 2009 sur un festival.

A l'époque, j'avais reçu une grosse claque en revenant de leur concert. Enorme énergie sur scène, et spectacle visuel à la hauteur de mes attentes photographiques.
En 2009 moins connus qu'aujourd'hui, on avait pu photographier tout le show, sans restriction de durée.

J'attendais avec impatience leur Zenith, histoire de les re-photographier, mais cette fois dans un contexte différent.

Généralement, je préfère les concerts en petites salles, mais je dois dire que le Zenith convient parfaitement à leur set, spectaculaire scéniquement et visuellement, notamment grâce à une multitude de projections vidéos et d'effets divers.

Nous étions plutôt nombreux à photographier dans le crash.
J'ai décidé de me placer au centre, de façon à me focaliser sur le couple au chant, Frah et Samaha Sam. J'ai fait le choix de n'utiliser uniquement que mon grand angle, un 18/50 f2.8 acheté d'occasion il y a quelques mois.
Choix payant puisque je me suis retrouvé face au duo qui m'intéressait.
Parfois gêné par la sécurité (ce soir là elle n'a pas chômé) qui évacuait des spectateurs pris de malaises, un peu surpris par les lumières que j'espérais meilleures, j'ai quand même pu me faire plaisir et ramener des clichés dont je suis plutôt content, même si ce fût sportif.

On a quitté le crash à l'issue des 3 premiers morceaux réglementaires, autorisation était donnée de pouvoir continuer à photographier ensuite depuis la foule (c'est plutôt rare et sympa), je n'en n'ai pas pour autant profité et suis rentré regarder sur écran ma prise photographique.

Bref, une soirée où je me suis fait plaisir. Et les photos sont déjà en ligne !

Shaka Ponk, Le Zenith, Dijon - octobre 2012
photo non libre de droits

Shaka Ponk, Le Zenith, Dijon - octobre 2012
photo non libre de droits


[4 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Utilisateur d'Instagram 
Je suis utilisateur de l'application Instagram, depuis son arrivée sur le système d'exploitation Android.

Ce programme, permettant de donner un look vintage aux photos faites avec smartphone, et ensuite de les partager avec d'autres utilisateurs de réseaux sociaux, fait beaucoup parler de lui, en bien comme en mal.

Il lui est reproché, parmi d'autres arguments, de laisser croire que n'importe quelle photo faite avec cette application sera forcément une oeuvre d'art, et que l'utilisateur lambda d'Instagram est de facto un photographe autoproclamé.
Ne nous trompons pas, une photo ratée le restera, qu'on lui applique ou non un filtre rétro...

Moi, ce que j'aime dans Instagram, c'est cette approche décomplexée de la photographie. Le côté on oublie un peu la technique à proprement parler pour ne se concentrer que sur l'acte photographique, sur le message, ainsi que sur la composition de l'image.
Bien sûr, on trouve de tout sur le réseau Instagram, du très bon comme du très mauvais... tout comme dans le monde des photographes travaillant avec un réflex !

Pour ceux que ça intéresse, retrouvez-moi : @didtab (attention, je n'y publie pas de photos de concerts, mais plutôt des paysages...)

aux alentours de Vievigne (Côte d'Or)...
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Soirée blues à Talant  
Soirée blues à Talant prévue de longue date. Le légendaire groupe Canned Heat
était prévu avec, en ouverture, mon pote Nico Duportal et le groupe avec lequel il tourne depuis 2 ans environ, les Rythm Dudes.

D'emblée, Nico et sa formation ont ouvert le bal sur un rythme soutenu. Du rythme, mais aussi du swing. Impeccables. Très peu de "slow blues".

J'avais déjà vu les Rythm Dudes l'an dernier, mais je dois avouer qu'à Talant, je me suis rendu compte à quel point ils ont, aujourd'hui, atteint leur vitesse de croisière.
Nico tient toujours la guitare, mais laisse évidemment une place plus grande à ses acolytes (2 cuivres et 1 clavier). Guitare peut-être moins présente qu'à l'époque des Rosebud Blue Sauce, mais, logiquement, une direction musicale plus importante.

Un concert vraiment inoubliable.

Ils tournent plus que jamais, en France mais aussi à l'étranger (Belgique, Allemagne, Espagne, Maroc, et bientôt Australie...). Et ils seront de retour en Bourgogne le 6 décembre, à Beaune. Leur deuxième album est prévu pour février 2013.

Difficile ensuite d'enchaîner sur le boogie-blues un peu essoufflé des Canned Heat. Surtout quand leur set peine à décoller.
Ok ils étaient à Woodstock (Fito de la Parra, le batteur "historique" nous le rappelle tous les 3 morceaux), ok ils ont écrit des morceaux qui resteront dans l'histoire, mais le reste ne m'a vraiment pas interpellé. Plutôt poussif.

Pour les photos je me suis lâché sur la première partie, même si les lumières n'étaient pas aussi bonnes que les dernières fois dans cette salle (absence de la poursuite).
Sur Canned Heat les lumières étaient exécrables, et le résultat aussi.
Au final, je n'ai gardé qu'une dizaine de photos (potables, mais sans plus) de Nico and his Rythm Dudes, et rien des Canned Heat.

Vivement fin novembre, avec les Noct En Blues à Chaumont (Olivier Gotti, Shaggy Dogs et Tomcat Blake), puis l'excellente Deitra Farr à La Charité/Loire, puis enfin le Chicago Blues Festival à Talant (John Primer, Bob Corritore...) : 3 concerts blues en 10 jours, miam ! :)

Nico Duportal and his Rythm Dudes, Talant - octobre 2012
photo non libre de droits


[2 commentaires]   |  permalien |   partager :

<< <Précédent | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | Suivant> >>