navigation   le site   \  le blog mardi 11 décembre 2018      
 Automne blues !  
Cet automne a été riche en concerts blues sur la région dijonnaise : Jagoblues en a organisé 3 en l'espace d'un mois !

D'abord une heureuse initiative avec un concert de zydeco.
Ruben Moreno et Dwight Carrier ont remplacé Dwayne Dopsie qui avait annulé sa tournée européenne. Accordéon et washboard ont fait sonner les rythmes des bayous au milieu du vignoble bourguignon. Si j'ai apprécié ce changement de style et de sonorités, je suis un peu resté sur ma faim musicalement : une impression de tournée montée à la va-vite.
Pour les photos, les instruments précédemment cités m'ont changé des guitares. Des expressions de visages un peu moins marquées, mais des choses intéressantes à faire quand même...

La tournée annuelle New Blues Generation 2018 est venue la semaine d'après.
Le spectaculaire Jamiah Rogers et la chanteuse Annika Chambers ont offert un show très musclé et dynamique. Rogers, au jeu de guitare très hendrixien, en fait des tonnes niveau jeu de scène, pour le plus grand bonheur des photographes ! Des photos dont je suis satisfait, même si ça a été dur de choisir entre toutes celles qui me plaisaient au moment de l'editing...

Enfin, la tournée Chicago Blues Festival a clôturé mes concerts pour cette année.
Mike Wheeler assurait la direction du lineup, et les invités étaient la chanteuse Peaches Staten et l'harmoniciste Omar Coleman.
J'avais déjà fait des photos dont je suis satisfait de Wheeler lors de sa venue en mars, je me suis donc focalisé sur les 2 autres artistes de l'affiche.
Je n'avais pas réussi à photographier Omar Coleman lors de sa venue également en mars. Les harmonicistes sont en général compliqués à shooter : leurs mains cachent le visage. De plus, Coleman porte chapeau et lunettes de soleil sur scène ! J'ai juste fait quelques photos de lui cette fois histoire d'en avoir, mais sans grande conviction.
Heureusement, j'ai pu ramener quelques portraits de Peaches Staten, ainsi que quelques vues du bassiste Larry Williams (gaucher qui joue sur une basse de droitier, cordée en droitier), qui sauvent cette série photo du Chicago Blues Festival

Au final, 2 séries photos dont je suis bien content, et une dernière plus en demi-teinte...

Tout est en ligne :
- Ruben Moreno et Dwight Carrier
- New Blues Generation 2018
- Chicago Blues Festival 2018


Dwight Carrier, Marsannay-la-Côte, novembre 2018
photo non libre de droits


Peaches Staten, tournée Chicago Blues Festival, Marsannay-la-Côte, décembre2018
photo non libre de droits



Jamiah Rogers, tournée New Blues Generation, Marsannay-la-Côte, novembre 2018
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Photo de concert et droit à l'image 
Si il y a bien un sujet récurent en photo de concert, c'est bien la question du droit à l'image.
Chaque photographe y a été confronté une ou plusieurs fois, et nombre de fantasmes gravitent autour de ce sujet.

N'étant pas juriste mais travaillant au milieu de documentation juridique, j'ai eu l'occasion de creuser un peu le sujet.


La jurisprudence française précise les contours du droit à l'image : ce dernier ne peut être évoqué qu'afin de préserver le respect de la vie privée, ainsi que la dignité de la personne. Il faut, de plus, qu'il y ait préjudice (moral, financier...) pour le faire valoir.

Les décisions du 9 mai et du 27 juin 2007 du TGI de Paris précisent :
"En matière d'art photographique la créativité du photographe et la liberté d'expression de cet artiste n'ont ainsi pour limites que le respect de la dignité de la personne représentée ou les conséquences d'une particulière gravité qu'entraînerait la publication des clichés pour le sujet [...] seule une publication contraire à la dignité de la personne représentée ou revêtant pour elle des conséquences d'une particulière gravité est de nature à constituer une atteinte au droit l'image susceptible de réparation" (JurisClasseur Civil Annexes, Propriété littéraire et artistique, paragraphe 27).

Décisions également commentées dans le Recueil Dalloz 2008, page 57 :
Le droit à l'image, qui n'est pas absolu et doit se concilier avec la liberté d'expression garantie par les articles 10 Conv. EDH et 11 Décl. Dr. Homme, doit céder lorsque l'exercice par une personne de ce droit aurait pour effet de faire arbitrairement obstacle à la liberté d'expression artistique laquelle relève de la liberté de recevoir ou communiquer des idées, en l'espèce dans le domaine de la photographie.

Cette page (paragraphe "De quoi s'agit-il ?") du site gouvernmental service-public.fr évoque le cadre dans lequel certaines photos n'ont légalement pas besoin d'autorisation pour être réalisées. Les artistes sur scène peuvent être considérés comme des personnalités publiques dans l'exercice de leur fonction.

Ce document gouvernemental, même si il parle de compétitions sportives, précise, dans son avant dernier paragraphe (page 2), que le droit à l'image ne peut être évoqué par un artiste dans le cadre d'une représentation publique.

Je renvoie également à l'excellent site de l'avocate et photographe Joëlle Verbrugge qui aborde avec précision le sujet.
Voir également un article sur ce thème par le photographe Yann Cabello.

Le droit à l'image cède donc devant le droit à l'information, ainsi que devant la liberté de création artistique.


Quant au fait de récupérer des photos sur internet, précisons que nul ne peut utiliser librement une photo sans l'accord de son auteur et donc détenteur des droits. Je renvoie à ce sujet sur cette page du site service-public.fr cité plus haut.

De plus, la publication d'une photo doit être, en France, obligatoirement accompagnée de la citation du nom de son auteur, c’est la loi et pas une faveur (article 121-1 du Code de la Propriété Intellectuelle). Cet article précise également qu'une photo ne peut être modifiée sans accord de l'auteur (détails sur cette page).

Ce petit guide gouvernemental résume les aspects du droit d'auteur.


En résumé, le droit à l'image en matière de photo de concert est difficile à faire valoir. Si beaucoup fantasment à ce sujet dans le but principal de récupérer des images à moindres frais, il convient parfois de rappeler ces quelques règles élémentaires.



Carmen Maria Vega... et des collègues, Festival du Chien à Plumes, août 2012
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Diunna Greenleaf à Blues en Loire  
Cette année je ne me suis rendu au festival Blues en Loire que pour le dernier soir. Habituellement, j'y vais pour le dernier week-end, mais un bébé ça occupe :)
Pour mon unique soirée à ce festival, j'ai quand même assisté à un grand moment de musique.

La chanteuse américaine Diunna Greenleaf assurait le dernier concert.
Je l'avais déjà vue 3 fois par le passé, mais à chaque fois dans le cadre d'une tournée Chicago Blues Festival ou du genre, où elle n'était qu'invitée par une formation montée pour l'occasion.
Dans le festival nivernais, je l'ai enfin découverte avec un groupe qui lui était dédié, et avec son propre répertoire (j'avais déjà ainsi redécouvert Eddie Cotton Jr de la même façon).

C'est évidemment une chanteuse puissante, avec un grand charisme, qui ne se contente pas que d'envoyer ses titres, mais qui dirige également le groupe avec subtilité.

Excellente formation autour d'elle d'ailleurs : les formidables Danois Ronni Boysen à la guitare et Henrik Poulsen à la basse, musiciens pleins de style (chose rare pour un bassiste de blues).
J'ai été surpris de retrouver le très bon Français Pascal Fouquet à la deuxième guitare. Un peu comme si un chef étoilé devenait commis de cuisine. Mais cette distribution des rôles était en fait très logique, tant le niveau de Ronni Boysen est élevé. Et puis les 2 guitaristes ont prit des chorus sur tous les morceaux, chacun avec un phrasé différent, et donc complémentaire.

C'était vraiment un très très bon concert, qui ne m'a pas fait regretter de m'être déplacé à l'autre bout de la Bourgogne que pour un soir...

Les photos sont en ligne.

Diunna Greenleaf, festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2018
photo non libre de droits


Ronni Boysen, festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2018
photo non libre de droits


Pascal Fouquet, festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2018
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Des news : expo paysages à Beaune  
Un petit post pour signaler que j'expose une quinzaine de mes photos de paysages viticoles de Bourgogne depuis le 8 juin, et jusqu'au 31 juillet.

L'exposition se tient dans le magnifique cadre (18ème siècle) de l'Hôtel du Conseiller du Roy de la célèbre Maison Bouchard Aîné & Fils, au coeur de Beaune.

C'est une belle opportunité pour moi de montrer mon activité paysage que j'ai développé depuis que je me suis installé au coeur du vignoble de la Côte de Nuits, et d'autant plus que les photos sont présentées dans un lieu en rapport avec le vin.

Toutes les infos pratiques sont sur la page dédiée de mon site paysages.


Enfin, mon fils Léo est né au mois de mai, à Beaune également.
Ma vie a donc quelque peu changé... mais je ne regrette absolument pas d'avoir quitté le monde des concerts à outrance pour celui de la vie de famille !
Je garde pour moi toutes les photos que je fais de lui, mais je ne résiste pas au plaisir d'en publier une petite en bas de ce message... :)




Léo, le 2 juin 2018
photo non libre de droits



[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Monster Mike Welch & Mike Ledbetter au Crusoé  
Ce mardi de fin avril, Jagoblues a eu la bonne idée d'inviter le duo américain Monster Mike Welch et Mike Ledbetter à poser ses valises à Dijon, au cours de leur tournée européenne.

J'avais déjà vu Mike Welch à La Charité / Loire en 2010, puis une autre fois à Talant, où il accompagnait je ne sais plus quel artiste.
Cette fois, il tourne depuis plus d'un an avec le chanteur Mike Ledbetter.
Leur CD Right Place, Right Time est vraiment très bon.
C'était donc l'occasion de faire des photos dans cette petite salle du Crusoé qui me plait bien.

Je dois avouer que ce concert est un de ceux qui m'a le plus retourné ces derniers temps.
Le duo fonctionne à merveille. Welch est un puissant guitariste qui n'en oublie pas pour autant le feeling, Ledbetter chante divinement bien, et tous deux possèdent un sens de la scène innée.
Ces musiciens affichent plus qu'une complicité, une réelle connivence, se connaissent parfaitement musicalement, et emmènent avec eux un public pourtant clairsemé.
C'était un très grand moment de musique !
Rien à redire sur l'accompagnement français : Fabrice Bessouat, Mig Toquereau et Damien Cornelis sont désormais des références.

J'ai pu faire les photos que je voulais, malgré mon objectif grand angle (bien fatigué) qui a définitivement rendu l'âme en tout début de concert. J'ai donc utilisé mon (encore plus vieux) 28/70 Sigma que je possède depuis ma période argentique (réglage manuel du diaphragme). Il manque un peu de piqué, mais m'a sauvé la mise !

Je suis vraiment très content des photos que j'ai fait, et encore plus heureux quand Mike Ledbetter himself en partage le lien sur sa page Facebook perso, avec le qualificatif de "Wonderful Shots" (voir capture ci-dessous) !


Monster Mike Welch & Mike Ledbetter, Le Crusoé, Dijon, avril 2018
photo non libre de droits


Monster Mike Welch, Le Crusoé, Dijon, avril 2018
photo non libre de droits


Monster Mike Welch & Mike Ledbetter, Le Crusoé, Dijon, avril 2018
photo non libre de droits


Mike Ledbetter a visiblement apprécié mes photos :)


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> >>