navigation   le site   \  le blog mercredi 26 février 2020      
 So long Sean ... 
Hier soir, je suis allé applaudir mes amis de Rosebud Blue Sauce qui jouaient 3 soirs de suite dans ma ville, à Dijon.

Et c'est là que j'ai appris cette nouvelle, confirmée ce matin sur le net : le guitariste et chanteur américain Sean Costello est décédé mardi 16 avril, à Atlanta, sa ville de résidence, la veille de son 29ème anniversaire.
Des rumeurs vont bon train aujourd'hui, en bouche à oreille, concernant les causes du décès, mais je préfère ne pas m'étendre là-dessus tant que celles-ci ne seront pas certaines.

J'étais tombé par terre en 2001, année de sa sortie, à l'écoute de l'album Moanin' For Molasses, un des tout premiers disques de Costello. Je me disais même que c'était presque trop parfait, que ça manquait peut-être de temps en temps de "pains" pour que ça sonne encore plus blues, tout en me disant que dans 10 ans (à l'époque Sean avait 22 ans), ce type serait sans doutes une des plus grandes références du genre...
Le destin en a décidé autrement.

J'avais eu l'occasion de l'applaudir et de pouvoir le photographier lors d'une tournée européenne, il y a un peu plus d'un an. Excellent concert, guitariste et chanteur d'exception, rien à redire, le talent sur disque ou sur scène était le même.

En peu de temps, et si jeune, Costello avait réussit à faire parler de lui, et même à s'imposer très rapidement. Quelle perte !

MySpace et site officiel

voir la série photo blues 20

Edit : création par la maman de Sean du Sean Costello Memorial Fund for Bipolar Research

Sean Costello, La Charité/Loire - mars 2007
photo non libre de droits

Sean Costello - No Half Steppin'


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Patrick Watson 
Petit retour sur le festival GéNéRiQ 2008.

Parmi les agréables découvertes de cette édition, le Canadien Patrick Watson. C'est le nom du chanteur, mais également celui du groupe entier. Deux albums seulement à leur actif, dont le dernier, Close to Paradise est unanimement salué par la critique.
Ballades aériennes au piano, accompagnés de riffs de slide lancinants, arrangements travaillés, on pense bien sûr aux Pink Floyds, mais avec des parties vocales à la Jeff Buckley.

Sorte d'enfant qui n'a pas voulut grandir, Watson est sur scène mal rasé, t-shirt débraillé, et casquette toujours vissée sur le crâne.
Totalement investit dans sa prestation, il se tord, se recroqueville sur son piano, grimace face au micro, ou, debout, torture ses pédales d'effet. Personnage spectaculaire donc, ce qui est paradoxal à l'écoute de son disque. Mais super concert, à se souvenir avec l'excellent album cité plus haut.

Site officiel et MySpace

voir la série photo musique divers 42

Patrick Watson, Drifters, extrait live

Patrick Watson, Dijon - mars 2008
photo non libre de droits



[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Jimmy Burns 
Mi-mars, l'association Jagoblues organisait ses traditionnelles Nuits du Blues à Talant, commune limitrophe de Dijon.
Au programme, Jimmy Burns (accompagné à la basse par le neveu de Bo Diddley !), et ensuite Diunna Greenleaf et les Texans de Blue Mercy, avec à leur côté Billy Flynn.

J'ai vraiment aimé Jimmy Burns, c'est du blues chicagoan, mais métissé de multiples autres influences. Je trouve son style assez proche de celui de Larry Garner, musicien louisiannais dont je suis fan.
C'est tout en économie, et du coup très lay-down, très posé. Grosse influence, au niveau de l'ambiance, du Sud des Etats-Unis, région de la torpeur et de la moiteur...

Pas vraiment de photos exceptionnelles, mais celle ci-dessous me plait bien.
Les lumières étaient plutôt bof, mais Burns n'est pas vraiment un excité sur scène, du coup je me suis permis de descendre à des vitesses d'obturation assez lentes...

Encore ci-dessous, un extrait vidéo de Jimmy Burns. Pour le plaisir :))

voir les photos série blues 25

Jimmy Burns, Talant - mars 2008
photo non libre de droits



[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 No more contract for me 
Samedi dernier, la chanteuse Keren Ann était de passage là où j'habite.

Petit auditoire à Dijon pour applaudir cette artiste installée à New-York. Du coup, le concert a été déplacé dans la petite salle de La Vapeur.

En arrivant au catering, je suis mis au courant : les photos ne se feront que pendant les 3 premiers morceaux du concert comme à l'habitude, mais de plus, les photographes autorisés doivent obligatoirement signer une décharge, un contrat.
Contenu du document : conditions de prise de vue (3 premiers morceaux et sans flash, normal), mais de plus, interdiction totale de commercialiser sous quelque forme que ce soit les photos, et enfin, obligation d'envoyer par mail les photos à la maison de disque de l'artiste afin d'obtenir une "validation" avant toute diffusion des images.

Je signe donc le document en question, et réalise les photos dans les conditions décrites. Je les traite en noir et blanc le lendemain, en sélectionne 4 sur lesquelles l'artiste n'est pas dans une pose disgracieuse ou à contre-plongée avec les narines béantes :)) puis les envoye à la maison de disque, pour validation, comme convenu.

Trois jours plus tard, je reçois la réponse :
"Je suis sincèrement désolé mais nous ne souhaitons pas valider ces photos."
Argghhh... c'est raide... ça fout un coup comme on dit :))
Pourtant, même si ces photos n'étaient pas les meilleures que j'ai faite, je trouve, en toute objectivité, qu'elles étaient loin d'être moches, et l'image de l'artiste n'y était pas, à mon avis, dévalorisée. Visiblement, la maison de disque ne partage pas mes goûts...
Enfin, j'ai signé la décharge, à moi maintenant de m'y tenir :))

Mais, tout de même, ces images n'allaient pas être commercialisées, puisque je m'y étais engagé par écrit, elles étaient juste à destination de mon site internet, pour ma vitrine personnelle... tout ça pour ça... c'est à se demander parfois si le marketing ne prendrait pas un peu trop le dessus sur la raison...
Surtout quand je pense que des photos ont été faites lors de ce concert à l'aide de téléphones portables, et qu'elles finiront sans doutes sur des blogs ou autres sites persos... sans compter que ces téléphones aujourd'hui font aussi vidéo... :))

Enfin, ma décision est prise : à l'avenir, je ne signerai plus jamais d'autorisation ou de décharge pour photographier un concert. Je préfère m'abstenir d'en faire des photos, c'est plus simple, plutôt que de travailler pour rien.
Déjà cette histoire avec le groupe Archive qui m'avait laissé un goût amer, plus une autre histoire de contrat sur un concert de Joe Cocker quelques années plus tôt qui était partie en sucette...

Allez, terminons sur, ci-dessous, une note positive. Los Straitjackets, fantastique groupe de surf-garage californien, qui a résolu le problème du rapport à leur propre image : ils montent sur scène cagoulés... Peut-être la solution pour l'avenir :))

Los Straitjackets, Cognac - juillet 2005
photo non libre de droits


[8 commentaires]   |  permalien |   partager :
 deviantART vs MySpace 
Cela fait un petit moment que je me ballade sur le site communautaire deviantART, sans jamais oser y poser mes valises.

Je m'y étais inscrit en 2004 par curiosité, mais sans remplir mon profil, et en avait aussitôt laissé tomber l'idée.

C'est aujourd'hui chose faite. J'ai franchi le pas, séduit par des camarades de forum qui y sont présents et actifs. Je dois dire aussi que je suis assez déçu par MySpace, dont je suis membre depuis plus d'un an environ. MySpace, à mon avis, est plus un lieu de mise en relation, souvent à des fins professionnelles ou promotionnelles, qu'un véritable lieu d'échange et de partage. Et comme je pratique la photo avant tout par passion, cela ne m'apporte pas grand chose... même si quelqu'un qui vit uniquement de cette activité peut considérer MySpace comme un véritable outil de travail, ce qui n'est pas mon cas.

Je n'en suis qu'à mes débuts sur deviantART, mais j'ai vraiment l'impression d'y découvrir des photographes qui me plaisent, et surtout de prendre plaisir à surfer et glaner au fil des pages du site, sans but précis, juste pour le plaisir de voir de belles choses, et de partager.
Certes, au départ on peut être un peu effrayé par la complexité du mode de fonctionnement du site, mais on s'y fait vite (tout comme sur MySpace d'ailleurs).

L'avenir me dira si deviantART correspond effectivement plus à mes attentes communautaires que MySpace, mais aujourd'hui, c'est parti pour... :))

Mon profil deviantART

Edit : trop cool, ma photo d'André Williams a été élue Daily Deviation le 1er avril 2008.
Ca flatte l'ego comme on dit :))



[4 commentaires]   |  permalien |   partager :

<< <Précédent | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | Suivant> >>