navigation   le site   \  le blog samedi 16 octobre 2021      
 Ca avance ...  
Suite de l'aventure GéNéRiQ...

La journée de dimanche était vraiment bien. Chris Garneau pour une ouverture (très) en douceur, puis les Moriarty.

Vraiment pas déçu par ce groupe. A tous les points de vue. Le concert correspondait à ce à quoi je m'attendais. Concert mis en scène, avec un décor et une ambiance début du siècle. Musique chaleureuse, le fan de blues que je suis s'est retrouvé dans ce répertoire savamment personnalisé. Et puis quel plaisir de rencontrer un vrai groupe, uni, complice, drôle. Et sympa. Pas de grosse tête parmi eux, ils ont su préserver leur gentillesse et leur disponibilité. (une vidéo de leur passage à Taratata).

J'ai retrouvé avec plaisir parmi eux Vincent Talpeart, batteur des excellents Bo Weavil, groupe que j'ai croisé à de multiples reprises sur la route des festivals blues.

The Do ensuite, tant attendus.
Conditions de photos très difficiles : 3 premiers morceaux uniquement, lumières impossibles, et pieds de micro à gogo devant eux. Bref, je ne pense pas avoir de photo réellement potable d'eux. Pas grave, cela fait partie du truc.
Réellement fatigué au moment de ce concert, j'en suis parti avant la fin, n'étant plus réceptif à l'écoute de musique. Dommage, une prochaine fois sans doutes :))

Je m'accorde un petit break depuis lundi, je ne retourne sur le festival que jeudi, pour la dernière ligne droite. Le traitement des photos avance petit à petit, je viens de terminer la série de Vive la Fête. Je mettrai l'ensemble en ligne une fois que tout sera terminé.
En attendant, ci-dessous une petite photo d'avant concert de Rosemary, chanteuse des Moriarty, et une de Els, chanteuse de Vive la Fête.

Rosemary (Moriarty) avant le concert, Dijon - mars 2008
photo non libre de droits

Vive la Fête, Dijon - mars 2008
photo non libre de droits


[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 GéNéRiQ, la suite ... 
Poursuite du festival GéNéRiQ sur Dijon. La fatigue commence à se faire sentir (heures de couché tardives... et ce réveil qui s'obstine à sonner le matin !) mais les bonnes découvertes se succèdent.

J'ai vraiment aimé André Williams vendredi soir, accompagné par les Californiens Flash Express. Assez bluesy, même si très rock, en tous cas je me suis vraiment retrouvé dans ce concert : mélange de l'énergie des Flash Express et de la folie de Williams (pote de Ike Turner, 71 ans quand même !).

Hier samedi, j'ai raté les Japonais de Polysics, à mon grand regret : j'étais chez mes parents pour une fondue savoyarde, l'appel du ventre sera toujours le plus fort ! :))

J'ai découvert par contre les Belges de Vive la Fête. Leur nom me fait penser à un disque de Patrick Sébastien, mais le concert m'a vraiment marqué : une sorte de pop-électro très efficace. Les musiciens ont tous le look de Robert Smith des Cure, mais la chanteuse dénote : blonde uniquement vétue sur scène d'un body et de bas résilles, elle possède une présence ainsi qu'un doux charisme tout à fait marquants. Niveau photo c'est, bien sûr, du pain béni :))

Pas grand chose à dire concernant Olivia Ruiz au Grand Théâtre. Interdiction totale de prise d'images (même pour les caméras de reportage du festival), j'étais le seul photographe autorisé, sur les 3 premiers morceaux bien sûr. Et puis son concert (certes à destination des enfants) ne m'aura absolument pas marqué. Mais les enfants étaient, eux, tous ravis, tant mieux :))

Par contre, mon nouveau boitier D200, que j'ai pu tester lors de tous ces concerts, ne m'aura pas convaincu. Plusieurs caractéristiques font que, finalement, je préfère garder mon bon vieux D70. J'ai donc un D200 à vendre... :))
Je sais que c'est paradoxal de préférer un des plus vieux réflex numériques à un boitier beaucoup plus récent, plus puissant et plus évolué, mais c'est comme ça :))

Je vais essayer de traiter quelques séries photos cet après-midi (pour l'instant j'accumule pas mal et ne traite que très peu...), mais à 18 heures rebelotte : Chris Garneau en ouverture, puis Moriarty suivi de The Do. J'attends (comme beaucoup de monde d'ailleurs), ces 2 concerts avec impatience... :))

André Williams, Dijon - février 2008
photo non libre de droits


[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Buck 65 
En ce moment je fais des photos de concerts tous les jours. En effet, le festival GéNéRiQ se tient pour 2 semaines sur plusieurs villes du grand est de la France, dont Dijon.

Ce festival est pour moi l'occasion d'aller photographier dans des lieux dans lesquels je n'ai pas l'habitude d'aller, comme le Grand Théâtre, l'Athénéum... mais également de découvrir des artistes que je ne connais absolument pas (mais vu l'engouement qu'ils suscitent lors de leurs passages, je m'aperçois que je suis bien le seul...!)

Mercredi soir c'était le Canadien Buck 65 qui se produisait à l'heure de l'apéro dans une galerie d'art contemporain dijonnaise.

C'est un artiste qui se réclame de plusieurs influences (il cite même le blues de Skip James !), mais que l'on peut qualifier de hip-hop. Seul en scène, uniquement équipé d'un ordinateur portable, d'une platine vinyle ainsi que d'un micro, il m'est apparut un peu à contre-courant des clichés du hip-hop que je pouvais avoir auparavant.

Personnage discret, presque pas sûr de lui, il possède ce côté attachant des gens un peu "sur le fil", tangents...
Musicalement c'est très mélodieux, parfois drôle, et puis pas vraiment de "gros son" : la voix est juste reprise pour être audible sur la musique.

Bref, un super set !

Buck 65, Dijon - février 2008
photo non libre de droits


[1 commentaire]   |  permalien |   partager :
 L'envol 
La photo de paysage m'intéresse de plus en plus. Je pense qu'elle correspond vraiment à mon tempérament contemplatif :))

Et puis, en tant que fan du noir et blanc, les photos de paysages donnent l'occasion de bien travailler les rendus.
J'ai beaucoup appris grâce à ce genre de clichés, notamment des choses dont je me sers également dans le traitement de mes photos de concerts (des noirs bien denses, des blancs qui claquent, tout en conservant quand même certaines nuances).

Celle ci-dessous a été faite après une heure de planque à guetter les corbeaux, par une fin d'après-midi d'hiver, et alors que le froid commençait sérieusement à me gagner...

J'ai utilisé, lors de la prise de vue, un filtre Cokin dégradé gris neutre, qui permet d'une part d'exposer correctement le ciel ET le sol lors de la photo, mais également, en l'accentuant, d'obtenir un certain effet esthétique.

L'envol, Gergueil - février 2008
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 The Dead 60's are dead 
Il y a quelques jours, le groupe originaire de Liverpool The Dead 60's a annoncé sa séparation. Selon le communiqué, pas d'embrouilles, c'est juste que les membres ont envie d'aller explorer d'autres horizons musicaux.

Ils étaient passés par Dijon en octobre dernier. C'était un des premiers concerts de la saison, et je dois dire que ça commençait vraiment bien en leur compagnie ! Leur set restera un excellent souvenir.

Le répertoire oscillait entre rock, pop anglaise et ska (moi qui ne suis pourtant pas fan de ska), le tout avec une unité et une cohésion parfaite. Et puis ils étaient là avant tout pour jouer, sans avoir besoin de plusieurs morceaux pour vraiment "être dedans".
Et en fin de soirée, ils se baladent dans la salle, acceptant avec plaisir dédicaces et photos souvenirs... Des mecs bien cools quoi :))

voir la série photo musique divers 34
The Dead 60's, Dijon - octobre 2007
photo non libre de droits



[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :

<< <Précédent | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | Suivant> >>