navigation   le site   \  le blog mercredi 26 février 2020      
 Cocoon dans Full of Sound #2 
Dans le numéro 2 du magazine Full of Sound dont je vous parlais il y a peu et qui vient de sortir, vous retrouverez, entre autres, une interview du duo français Cocoon.
Leur single On My Way tourne depuis quelques temps sur les radios du réseau Radio France.
Je suis rapidement tombé amoureux de leur album My Friends All Died In A Plane Crash après l'avoir pré-écouté sur le site deezer.com.

Leur disque distille une musique très mélancolique et mélodieuse, aux confins du folk et de la country. Musicalement, on retrouve exclusivement des guitares acoustiques, yukulele, lap-steel, violon et piano.

J'avoue avoir été surpris d'apprendre que les membres de ce duo étaient d'une part Français, et d'autre part âgés seulement d'une vingtaine d'années. C'est vrai qu'habituellement, les musiciens influencés par la country ressemblent plutôt à des sosies de Willie Nelson ou Calvin Russel (visage buriné, sec, voix éraillée, et âgé d'au moins 50 ans).
Et comme des grands, ils partent en avril prochain enregistrer à Nashville, la capitale mondiale de la country-music !

La pochette du disque (également disponible en version vynil) est composée de photos Polaroïd du plus bel effet, tout à fait dans l'esprit de l'album.

Certes, cet album n'est pas le plus recommandé pour faire la fête ou retrouver la joie de vivre après une longue dépression, mais il est parfait pour se vautrer dans un canapé au coin d'un feu de cheminée par un soir d'hiver :))
Tout ce que j'aime en somme :))

Retrouvez-les sur leur MySpace


[1 commentaire]   |  permalien |   partager :
 Soyez borderlive !  
Je viens de m'offrir (c'est Noël quelques heures en avance !) le nouveau DVD live de Philippe Katerine, Borderlive.

Il faut dire que j'ai vu Katerine 3 fois en concert en 2006/2007, et que le bonhomme m'a laissé une impression... inoubliable ! :))

Ce DVD est à l'image du personnage, bien déjanté, allumé, décapant, et surprenant. C'est Gaëtan Chataigner, bassiste de La Secte Humaine (ex-Little Rabbits), le groupe qui accompagne Katerine, qui a fait ce film, montage de divers concerts filmés au cours de la dernière tournée. Le tout est agrémenté de petits moments de vie de l'équipe, comme une sympathique partie de pétanque en slip kangourou, ou encore un déménagement de chambre d'hôtel, qui nous font comprendre que la complicité et la folie de ces hommes n'est pas une façade, mais bel et bien une réalité. Bien sûr, tout cela est fait dans le respect total d'un certain bon goût :))

A noter que ce DVD existe, pour quelques Euros de plus, livré avec un CD dans lequel Katerine et son groupe reprennent leur dernier album joué dans les conditions du live, mais en studio. Des versions moins arrangées et nettement plus rock'n'roll donc.

Bref, un bon investissement, en forme de souvenir, car après avoir vécu la folie de Katerine en vrai (notamment sa prestation au Grand Théâtre de Dijon lors du festival GéNéRiQ 2007 : Katerine en caleçon et tout peinturluré -photo ci-dessous- balançant des milliers de confettis roses au milieu d'un austère théâtre à l'ancienne, avec dorures et fauteuils en velours...), on n'a toutefois ici qu'une petite idée de ce que ca peut être sur scène : il FAUT l'avoir vécu :))

Le DVD possède son propre site interactif, et Katerine est en interview dans le dernier numéro de Longueur d'Ondes (gratuit).

Katerine, Le Grand Théâtre, Dijon - février 2007
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Luke, groupe de scène  
Samedi 15 décembre dernier, le groupe bordelais Luke passait par Dijon.
J'aime leurs 2 derniers albums : j'ai beaucoup écouté La Tête en Arrière, et je découvre Les Enfants de Saturne, qui me plait déjà beaucoup.

Bien sûr, on sent, tout comme chez Eiffel, cet autre goupe bordelais de rock français que j'adore, une énorme influence de Noir Désir. Mais qui s'en plaindra :))
Et tout comme Eiffel, ils semblent avoir également hérité de Noir Dez ce goût de la scène. Car Luke est, à mon humble avis, avant tout un groupe de scène.
Leurs morceaux sont bien, mais ils prennent toute leur dimension sur scène, comme si ils avaient été écrits pour être joués en live.

Car le groupe mené par Thomas Boulard ne ménage pas ses efforts une fois sur les planches, ne se contentant pas d'une simple interprétation. J'avoue avoir pris un sacré pied à ce concert, très bonne assise rythmique, et puis des musiciens ayant une réelle envie de jouer et prenant un plaisir non dissimulé à le faire. On peut ne pas aimer leur répertoire (ce n'est pas mon cas), mais il faut leur reconnaitre cette incroyable qualité de prestation scénique.

Niveau photo par contre, ce fût, une nouvelle fois, difficile. Beaucoup de contre-jours, de stroboscopes, et des musiciens quasiment pas éclairés de face, voir pas éclairés du tout.
J'ai donc tout fait au 30mm ouvert au maxi à f:1.4, de façon à avoir un maximum de luminosité, et en meme temps de pouvoir cadrer large, incluant ainsi dans mes cadrages des éléments du public déchainé.
De plus, là où j'étais placé (il n'y a pas de fosse séparant le public de la scène à La Vapeur, je ne peux donc pas me déplacer à ma guise), j'étais gêné par le pied de micro du guitariste, beaucoup plus petit que le chanteur, et qui me barrait ainsi mon champ.

Par contre, ce fût l'occasion de tester ma nouvelle courroie "hand strap" : elle se fixe sous et sur le boitier de façon à pouvoir tenir l'appareil au poignet, et pas forcément autour du cou. Essai concluant, même si rien ne remplacera, au niveau sécurité de l'appareil, la courroie autour du cou. Heureusement, j'ai réussi à fixer les 2 sur le même point d'attache, de façon à pouvoir me servir de l'une comme de l'autre.

voir la série photo musique divers 39
Luke, Dijon - décembre 2007
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Miossec : tordons le cou aux ragots 
J'entre cet article dans la catégorie une photo / une histoire, mais, ici, il faudrait plutôt intituler cela une légende, une photo.
La rumeur et les ragots veulent que notre ami Miossec (dont je possède et achète aveuglément tous ses albums) soit un peu porté sur la boisson.
Lors de son dernier passage à Dijon en mars 2007, j'ai eu l'occasion d'apporter la preuve (voir la photo ci-dessous) que tout ceci n'était que croyance et affabulation.
Et oui, le chanteur brestois tourne à la Cristaline... qui l'eut cru ?
Titre de mon prochain article : Renaud boit du Perrier :))

avant le concert de Miossec, Dijon - mars 2007
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Ultra Orange & Emmanuelle 
Fin novembre, Ultra Orange & Emmanuelle se produisait à Dijon. Si le groupe Ultra Orange existe depuis déjà quelques années, ses membres se sont adjoint les services de la comédienne Emmanuelle Seigner au chant. J'aime assez leur CD éponyme, Ultra Orange & Emmanuelle. Bien sûr ca sonne très Velvet, mais le résultat est de bonne facture. Un disque que j'ai donc écouté assez souvent ces derniers mois.

J'attendais logiquement avec impatience le verdict de la scène.
Le groupe Ultra Orange est franchement bon, Pierre Emery à la guitare (c'est également lui qui a composé le disque), connait son affaire. Le riff est saignant, le son au rendez-vous, et la mise en place du groupe impeccable. Par contre, je suis resté quelque peu sur ma faim concernant la partie chant. Loin de moi l'idée de "descendre" une comédienne qui se frotte à la musique, mais j'ai trouvé un certain manque d'assurance dans sa prestation, masqué par une occupation de la scène un peu trop surfaite... enfin ce n'est que mon avis :))

Bref, une impression en demi-teinte concernant ce concert...

Niveau photos, les 3 premiers morceaux uniquement pour shooter, donc assez tendu, d'autant plus que le concert se tenait dans la petite salle de La Vapeur : lumières intimistes et à contre-jour, et dominantes rougeatres qui saturaient rapidement...
Heureusement, le format de fichier Raw permet de récupérer (dans une certaine mesure) les problèmes de saturation en post-traitement : travail sur la température de balance des blancs, l'exposition, la correction sélective des couleurs...
Sur la cinquantaine de déclenchements que j'ai fait ce soir-là, j'ai tout de même pu obtenir une petite poignée de photos exploitables.

voir la série photo musique divers 37

Ultra Orange & Emmanuelle, Dijon - novembre 2007
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :

<< <Précédent | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | Suivant> >>