navigation   le site   \  le blog vendredi 23 octobre 2020      
 Joe Louis Walker au Creusot 
Vendredi dernier petite escapade imprévue au Creusot (71) pour aller shooter l'Américain Joe Louis Walker qui se produisait dans le cadre du festival Blues en Bourgogne.
J'avais déjà vu ce bluesman il y a une quinzaine d'années dans ma ville, Dijon, à l'An-Fer, à l'époque mythique temple national de la musique électronique (parfois du blues y était programmé), et il m'avait fait très forte impression.

A vrai dire, j'y allais surtout pour refaire des photos de blues, car photographier ce style musical, que j'affectionne, me manque vraiment, et la dernière fois avec Monster Mike Welch j'étais un peu resté sur ma faim photographiquement.

Arrivé sur place ma joie retombe d'un coup : la scène, installée au coeur du magnifique château de la Verrerie, est sous un chapiteau de couleur blanche.
Moi qui aime les fonds noirs habituels aux concerts pour bien isoler mes sujets du fond de l'image, me retrouve dans des conditions où ce genre de rendu est impossible !
A moi le fond flashy, la structure métallique apparente, bref tous ces éléments parasites que j'évite habituellement au possible !

J'ai quand même shooté consciencieusement... mais sans grande attente quant au résultat !
Bref, une fin d'année un peu terne niveau photos, déjà mes derniers clichés de la tournée Ricard Live qui ne sont pas vraiment top...

J'attends donc le prochain concert avec conditions optimum pour pouvoir me LACHER vraiment... mais, d'ici là, le break du mois de juillet me fera du bien :))

Edit : les photos sont maintenant en ligne

Joe Louis Walker, festival Blues en Bourgogne, Le Creusot - juin 2010
photo non libre de droits


 jean-luc 
salut didier,

c'est pareil pour moi, je n'aime pas trop ces fonds présents et tout sauf noirs....
pour les mêmes raisons que toi...
cela dit, c'est un bon exercice finalement ce genre de situations, ça oblige à cadrer encore plus consciencieusement, comme tu le dis...
mais comme le dit un grand photographe belge, jos knaepen, pour tirer parti de telles circonstances, de tels "fouillis décoratifs", il faut inclure ces éléments, de façon à les rendre acceptables, (lignes, dynamique etc...) il faut donc en tirer parti.... seule solution en définitive....
ce que tu fais finalement ici....
certes le fond est présent, mais rien n'empêche de l'assombrir quelque peu....
l'angle par rapport au musicien est chouette et l'expression du guitariste, suit....

bon été

 didier 
effectivement Jean-Luc, souvent des inconvénients peuvent devenir des avantages, à condition de les accepter et de les faire siens, quel que soit le domaine (même autre que celui de la photo d'ailleurs).

à vrai dire ici j'ai un peu assombri le fond, il présentait l'avantage d'être dans les tons froids (alors que le sujet était plutôt éclairé de tons chauds), donc avant de convertir en noir et blanc j'ai modifié la luminance des tons froids.

@ bientôt,

Didier.



 Commentaires 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.