navigation   le site   \  le blog samedi 11 juillet 2020      
 Rosebud Blue Sauce 
Depuis pas mal d'années, je fréquente les concerts et festivals blues de France.
Au cours de ces escapades musicales, il m'arrive de retrouver souvent les mêmes personnes, spectateurs ou musiciens : le milieu du blues en France est assez petit par le nombre d'individus qu'il concerne.

Et parmi ces gens, il est un groupe originaire du Sud-Ouest de la France (dont les membres ont à peu près mon âge) dénommé Rosebud Blue Sauce.
Ils pratiquent un style de blues pas assez représenté à mon goût, le west-coast, sorte de blues mâtiné de swing, avec des sonorités différentes que ce qu'on peut entendre dans le blues plus traditionnel par exemple...

A force de se cotoyer avant, pendant et après les concerts, des liens se sont créés. J'aime les retrouver aux quatre coins du pays, échanger avec eux, et surtout les écouter jouer. Je dois dire qu'ils sont sans doutes une des formations dont j'admire le plus le talent, l'énergie et la qualité de leurs prestations : jamais ils ne m'ont déçus.

J'attendais donc avec impatience l'occasion de pouvoir les photographier sur scène dans des conditions optimums. En août 2005, ils jouaient lors du festival Blues en Loire. Par contre, ils jouaient en après-midi, sur une scène découverte au coeur de la ville, cadre très agréable certes, mais qui ne correspondait pas à ce que j'attendais du point de vue prise de vue.

Un an plus tard, j'avais à nouveau l'opportunité de les revoir, mais cette fois dans une salle que j'affectionne tout particulièrement, le Cellier des Moines de La Charité sur Loire, à une quarantaine de kilomètres de Bourges. Ils accompagnaient l'harmoniciste et chanteur californien Lynwood Slim.
Cette salle est assez petite (une centaine de places assises), et tout en longueur. Il s'agit en fait d'un cloître du 14ème siècle, vouté, au charme incroyable, à l'acoustique excellente, et dont la scène haute d'une cinquantaine de centimètres se trouve à moins de 2 mètres des premiers spectateurs.
Je peux y shooter assis par terre, avec bien sûr mes focales fixes que j'aprécie tant. J'ai donc enfin pu me "lâcher" sur eux, notamment avec mon 30mm 1.4 que je venais d'acheter à l'époque.
En prime, le fantastique pianiste Julien Brunetaud (qui l'année d'avant accompagnait Chuck Berry) se trouvait à leurs côtés ce jour-là, le bonheur absolu !

Et je dois dire que, cette fois, j'étais plutôt satisfait du résultat !

voir les photos série blues 16

Rosebud Blue Sauce, La Charité/Loire - décembre 2006
photo non libre de droits


 brice 
hello

tes images sont vraiment magnifiques!
comment fait tu pour obtenir une telle netteté ?
je serais curieux d'avoir les exifs de cette serie par exemple (focale, ouverture, vitesse) et en gros la distance qu'il y avait entre toi et les musiciens

vraiment un grand bravo pour ton travail!

brice


 didier 
Salut Brice,

Merci de ton message !

voici les exifs de cette tophe :

__________________
Model - NIKON D70
ExposureTime - 1/250 seconds
FNumber - 2.80
ExposureProgram - Aperture priority
ExposureBiasValue - -1.00
MaxApertureValue - F 2.83
MeteringMode - Center weighted average
FocalLength - 44.00 mm
WhiteBalance - Auto
ISO Setting - 800
Image Quality - RAW
White Balance - AUTO
Image Sharpening - AUTO
__________________

en gros, à 800 ISO, avec mon 28/70 Sigma constant à 2.8 (objectif argentique), en priorité ouverture, déclenché au 1/250eme, avec une sous-exposition de -1 IL.

cette salle, comme je l'explique dans l'article, est petite, les musiciens se trouvent à moins de 2 metres de moi, et la scene est haute d'à peine 40cms.

le lieu idéal quoi :))

Didier.






 brice 
ok merci de ta reponse;
il y avait pas mal de lumiere alors pour pouvoir avoir du 1/250s a 2.8 en 800 iso :)

personnellement j'ouvre la plupart du temps au maximum 1.4 de mon 50mm avec une vitesse de 1/80 ou 1/100 a 800 iso mais je suis toujours decu de la netteté obtenue meme lorsque je suis relativement loin du sujet (3m)

je sais pas si mon erreur vient d'une profondeur de champ trop courte (mise au point sur l'oeil + le temps de recadrer le sujet a bougé et la mise au point n'est donc plus tout a fait bonne) ou si il faut que j'augmente la vitesse et que mon manque de netteté vient du flou de bougé du sujet

petit exemple de photos faites lundi soir a 50mm f1.4 à 1/150s (sujet a 2m)
http://photo.aufondagauche.net/eric_bibb/


 didier 
il y avait de la lumiere oui, mais j'ai aussi sous-ex de -1 IL, ce qui fait gagner en vitesse...

je pense en fait que tes vitesses sont trop faibles.
de plus en plus souvent je me calle en priorité vitesse, et j'opte pour le 1/125eme si je veux avoir un leger effet de mouvement, comme sur la 1ere tophe de Arno ici :
http://www.photoscenique.com/photos/musique32.php
ou alors au 1/160eme pour etre sur de bien figer le sujet...
donc si tu es au 1/80eme ou environ, effectivement il y a un risque de manque de netteté.


Didier.


 Commentaires 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.