navigation   le site   \  le blog vendredi 30 octobre 2020      
 No more contract for me 
Samedi dernier, la chanteuse Keren Ann était de passage là où j'habite.

Petit auditoire à Dijon pour applaudir cette artiste installée à New-York. Du coup, le concert a été déplacé dans la petite salle de La Vapeur.

En arrivant au catering, je suis mis au courant : les photos ne se feront que pendant les 3 premiers morceaux du concert comme à l'habitude, mais de plus, les photographes autorisés doivent obligatoirement signer une décharge, un contrat.
Contenu du document : conditions de prise de vue (3 premiers morceaux et sans flash, normal), mais de plus, interdiction totale de commercialiser sous quelque forme que ce soit les photos, et enfin, obligation d'envoyer par mail les photos à la maison de disque de l'artiste afin d'obtenir une "validation" avant toute diffusion des images.

Je signe donc le document en question, et réalise les photos dans les conditions décrites. Je les traite en noir et blanc le lendemain, en sélectionne 4 sur lesquelles l'artiste n'est pas dans une pose disgracieuse ou à contre-plongée avec les narines béantes :)) puis les envoye à la maison de disque, pour validation, comme convenu.

Trois jours plus tard, je reçois la réponse :
"Je suis sincèrement désolé mais nous ne souhaitons pas valider ces photos."
Argghhh... c'est raide... ça fout un coup comme on dit :))
Pourtant, même si ces photos n'étaient pas les meilleures que j'ai faite, je trouve, en toute objectivité, qu'elles étaient loin d'être moches, et l'image de l'artiste n'y était pas, à mon avis, dévalorisée. Visiblement, la maison de disque ne partage pas mes goûts...
Enfin, j'ai signé la décharge, à moi maintenant de m'y tenir :))

Mais, tout de même, ces images n'allaient pas être commercialisées, puisque je m'y étais engagé par écrit, elles étaient juste à destination de mon site internet, pour ma vitrine personnelle... tout ça pour ça... c'est à se demander parfois si le marketing ne prendrait pas un peu trop le dessus sur la raison...
Surtout quand je pense que des photos ont été faites lors de ce concert à l'aide de téléphones portables, et qu'elles finiront sans doutes sur des blogs ou autres sites persos... sans compter que ces téléphones aujourd'hui font aussi vidéo... :))

Enfin, ma décision est prise : à l'avenir, je ne signerai plus jamais d'autorisation ou de décharge pour photographier un concert. Je préfère m'abstenir d'en faire des photos, c'est plus simple, plutôt que de travailler pour rien.
Déjà cette histoire avec le groupe Archive qui m'avait laissé un goût amer, plus une autre histoire de contrat sur un concert de Joe Cocker quelques années plus tôt qui était partie en sucette...

Allez, terminons sur, ci-dessous, une note positive. Los Straitjackets, fantastique groupe de surf-garage californien, qui a résolu le problème du rapport à leur propre image : ils montent sur scène cagoulés... Peut-être la solution pour l'avenir :))

Los Straitjackets, Cognac - juillet 2005
photo non libre de droits


[8 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Nosfell, 6 mois plus tard  
Jeudi dernier, Nosfell était de passage à Dijon. Je l'avais déjà photographié au mois d'août dernier lors du festival du Chien à Plumes de Villegusien.

J'avais alors pu réaliser des photos de son concert dont j'étais très satisfait (notamment celle ci-contre), mais le concert ayant lieu en milieu de journée et en plein soleil, je n'avais pas pu faire de photos de la partie de son spectacle pendant laquelle il passe derrière des panneaux translucides pour jouer en ombres chinoises, comme on peut le voir sur l'intro de son site : la pleine lumière rendait l'effet de contre-jour à peine visible.

J'attendais donc le concert de jeudi dernier avec impatience, car il se produisait en soirée et en salle fermée. L'occasion idéale donc de me rattraper pour enfin capturer ce qui m'intéressait.

Le concert se tenait dans la petite salle de La Vapeur, qui était pleine à craquer.
Je m'étais placé du côté jardin de la scène : j'avais peur qu'en étant pile en face l'artiste, je sois géné par le pied de micro.

Ma vue était donc relativement dégagée, mais, du coup, j'avais mes images inclinées sur le côté, du fait de ma position latérale. Peu importe, j'ai fait les photos qui m'intéressaient, puis j'ai redressé les perspectives sur mes images ensuite en post-traitement, de façon à avoir des images bien droites, laissant penser que j'étais bien en face au moment de la prise de vue.

Magie de l'ère numérique... :))

voir la série photos musique divers 40

Nosfell, Dijon - janvier 2008
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Kalle Björklid, photographe finlandais  
J'avoue avoir visité des tonnes de sites de photos de concert, mais, à ce jour, très peu de photographes spécialisés dans ce domaine ont, en toute humilité, réellement retenu mon attention.

Il en est un par contre qui me scotche et devant lequel je me prosterne. Kalle Björklid est Finlandais et fait surtout des photos de concerts métal. Ses photos sont aux antipodes de ce que je fais. Elles sortent des sentiers battus, respirent l'énergie et se moquent parfois des règles de composition habituelles de la photographie.

Niveau rendu et traitement, il n'hésite pas à faire ressortir et mettre en évidence le bruit sur ses images, alors que la plupart des photographes cherchent à l'éliminer.

Certes, le métal incite naturellement à ce type d'image. Et puis généralement, les lumières dans ce type de concerts sont très généreuses, et autorisent donc une plus grande liberté de déclenchement.

Mais tout de même, ce type a vraiment du talent.
Et surtout du style, son style, ce qui est sans doutes le plus important.

Visitez son site web


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Premiers pas au Zenith... 
Dimanche soir j'ai photographié le concert de John Butler au nouveau Zenith de Dijon. J'y allais pour le compte de Sensation Rock qui m'envoyait là-bas. J'avais déjà couvert Butler l'an dernier lors de son passage à la Vapeur. Butler est assez galère à photographier : toujours assis derrière sa guitare, et avec très souvent un micro qui lui barre le visage. Enfin.

C'était surtout l'occasion de faire mes premières photos au Zenith. Moi qui, pourtant, m'était juré, par expérience, de préférer les petites scènes :))

Le Zenith était en petite configuration, avec les côtés des gradins fermés : difficile de remplir une telle salle un dimanche soir.
Niveaux lumières, pas terrible en fait (paradoxal pour un Zenith) : lumière assez faible, et puis beaucoup de saturation : au début les rouges à fond, ensuite des couleurs qui saturaient, mais plus froides, donc plus facilement gérables. Point positif : la présence de la fosse entre la scène et le public, chose qu'il n'y a pas à la Vapeur.

Niveau organisation, tout était extrèmement millimétré : accès à la fosse uniquement lorsque le concert débute (malgré un magnifique bracelet "all access" jaune fluo qu'on m'avait remis à l'entrée).
Les photos étaient autorisées uniquement pour les 3 premiers morceaux de l'artiste principal comme à l'habitude, mais également pour les 3 premiers morceaux de la première partie ! j'avoue n'avoir jamais connu cela auparavant... :))

Une fois les 3 premiers morceaux de l'artiste principal écoulés, la sécurité raccompagne les photographes vers la sortie de la salle. Sans doutes pour éviter de continuer à photographier depuis le public... Si on le souhaite, il y a possibilité de rester pour assister au reste du concert, mais à condition de laisser son matériel à la consigne... chose que je n'ai donc pas faite, j'avais déjà vu Butler et n'en n'avais pas gardé un souvenir impérissable, juste sympathique.

En tous cas, si la sécurité est ferme, il faut tout de même reconnaître la diplomatie et la courtoisie des vigiles. C'est à souligner.

Expérience particulière mais intéressante donc. Et puis je reconnais avoir connu, en d'autres lieux, des conditions beaucoup plus drastiques.
Je retourne faire des photos au Zenith courant novembre.

voir la série photo musiques divers 33

John Butler, Dijon - septembre 2007
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Règle des 3 premiers morceaux : pas chez Matmatah  
très souvent, les photos pendant un concert ne sont autorisées que pendant les 3 premiers morceaux. souhait du management du groupe de limiter la présence des photographes, afin de ne pas perturber les musiciens ou le public, et puis sans doutes aussi volonté de donner une image "propre" des artistes sur scène, donc en début de concert, avant qu'ils ne soient ruisselants de sueur avec la chemise débraillée.

courant mai, pour la venue de Matmatah à Dijon, le tour-manageur du groupe m'informe : cette fois-ci les photos sont interdites... pendant les 3 premiers morceaux, mais autorisées ensuite, et ce jusqu'à la fin du concert.
c'est bel et bien la première fois qu'on me donne une telle consigne... et comme gage de sa volonté de coopérer avec les photographes, le manageur en question m'invite de lui-même à venir shooter depuis la scène elle-même, chose très rarement autorisée...

après en avoir discuté avec d'autres photographes cet été qui ont eut également cette consigne sur un concert de Matmatah, il s'agit en fait de rester dans cette volonté de "donner une image". une image qui, elle, n'est pas d'être propre sur soi, mais au contraire de montrer un groupe qui "mouille sa chemise".
en y réfléchissant bien, cela se tient, c'est dans la logique des "3 premiers morceaux", mais à l'envers !
en tous cas, je ne m'en plains pas !

voir les photos série musique divers 27


[1 commentaire]   |  permalien |   partager :

<< <Précédent | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | Suivant> >>