navigation   le site   \  le blog mercredi 18 mai 2022      
 10 ans... de Blues en Loire ! 
Le week-end dernier, je me suis rendu à la dixième édition du festival Blues en Loire.
Pour célébrer cet anniversaire, les festivités duraient 4 jours, au lieu de 2 habituellement.

Je n'ai fait le déplacement que pour le week-end, les 2 derniers jours donc.
Malgré tout, j'ai vraiment passé de très bons moments, sans aucune déception. D'emblée, toutes les personnes que j'y ai croisé m'ont parlé des temps forts que j'avais donc ratés (Sugaray, Las Vargas). Tant pis, il faut parfois faire des choix et concilier vie privée avec loisirs...

J'ai enfin pu découvrir Tao Ravao et Vincent Bucher, dont j'entendais parler depuis si longtemps. Vraiment séduit par ce duo acoustique disons world-bluesy, avant tout marqué par la musique malgache, avec une pointe blues.
Excellent moment passé également avec Shaney et Bill Sims Jr, fille et père dans une réunion toute en sensibilité...

Bon moment offert par Dave Herrero et Felix Reyes, accompagnés par les ex-Rosebud Abdell Bouyousfi et Pascal Delmas. Un show sans réelle surprise, mais de très grande qualité.
Je dois avouer tout de même que j'attendais un peu plus de la prestation de Nico Wayne Toussaint. Musicalement, je suis resté un poil sur ma faim après son concert, même si je lui reconnais un sens du spectacle et une conviction énormes.

Bref, j'ai raté pas mal de choses par choix, mais ne regrette pas ce que j'y ai vu et entendu.
Et bien évidemment, j'ai ramené des photos :)
Et, une fois n'est pas coutume, elles sont déjà en ligne (2 séries) :
- Chaney et Bill Sims Jr, Tao Ravao et Vincent Bucher, Bo Weavil
- Dave Herrero, Nico Wayne Toussaint

(toutes les dernières nouveautés se trouvent sur cette page)

Tao Ravao, festival Blues en Loire, La Charité/Loire - août 2012
photo non libre de droits

Chaney Sims, festival Blues en Loire, La Charité/Loire - août 2012
photo non libre de droits

Dave Herrero, festival Blues en Loire, La Charité/Loire - août 2012
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Quelques photos à Rolling Saône 2012 
Samedi je suis allé faire des photos au deuxième soir du festival Rolling Saône, à Gray.
J'avais très envie de voir et photographier Skip The Use, ainsi que Punish Yourself.

Le premier groupe cité je ne les connaissais que pour les avoir vus sur le web, notamment ce chanteur charismatique et spectaculaire, qui de plus se produit torse nu. Je me suis dit que ça devait être un bon sujet à photographier.
Je ne me suis pas trompé, en plus de ses qualités physiques, il assure le show du début à la fin.
La formation distille un savant mélange de pleins de styles musicaux différents, une sorte de fusion rock-électro-funk un peu métal, un peu dans la lignée de Shaka Ponk, qu'ils saluent d'ailleurs au cours du concert.
Comme Shaka Ponk, sur disque ce n'est pas mon truc mais sur scène, c'est la claque assurée ! (extrait vidéo du concert)

Punish Yourself, je les vois programmés depuis pas mal d'années, et réputés pour leur apparence scénique exubérante et phosphorescente. Il me tardait de les voir.
Là aussi, un mix de métal, de punk, de gothique, d'électro et d'indus franchement percutant, le tout baignant dans une idéologie macabre orienté sexe.
J'ai de suite remarqué aux premiers rangs du public des jeunes filles arborant fièrement des t-shirts marqués "Bondage is not a crime". Le ton était ainsi donné :)
Ici aussi, un bon moment musical passé, mais à ne pas mettre entre toutes les oreilles! (extrait vidéo du concert)

Julian Perretta était également programmé. Je l'avais déjà vu, rien à redire à sa pop plutôt bien foutue.

J'aime beaucoup Gérald De Palmas, dont je possède le best-of sur lequel sa tournée actuelle est basée. Par contre, j'ai été un peu déçu du concert. Certes les titres sont revisités sur scène pour l'occasion, un peu de funk par-ci, un peu de rock par là, mais au final l'ensemble sent un peu le réchauffé, et le groupe ne m'a pas convaincu plus que ça...

Niveau photo j'attendais beaucoup des 2 groupes pour lesquels j'avais fait le déplacement.
Malheureusement, les conditions ont été très difficiles : beaucoup de photographes dans le crash-barrière, et très peu de lumière de face (les 2 groupes se produisaient sur la petite scène).
Sur Punish Yourself, les peintures phosphorescentes des musiciens ne ressortaient quasiment pas du fait de l’absence d'éclairage frontal. J'ai donc orienté mes photos de ce groupe plutôt sur l'aspect contre-jour.
Idem pour Skip The Use, beaucoup de déchets, mais au final, sans doute quelques trucs sympas dans le lot.

En tout cas, le traitement va me prendre un peu de temps, d'autant plus que je travaille pas mal pour le journal ces jours-ci et que ce week-end je serai absent.
Mise en ligne de l'ensemble des photos vraisemblablement courant de semaine prochaine...

Juste une petite pour patienter ci-dessous :

Edit : les photos sont maintenant en ligne
Skip The Use, festival Rolling Saône, Gray - mai 2012
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Du blues, du blues ...  
Enfin un peu de blues à me mettre sous la dent !
Dijon a reçu 2 concerts blues en mars. Il était temps, car, ce trimestre, je n'ai pas pu et ne pourrai assister à aucun des concerts de ma salle fétiche à La Charité/Loire.

La Péniche Cancale a reçu le Canadien Big Rude Jake.
Je l'avais déjà croisé il y a une bonne dizaine d'années au festival de Cognac, mais l'ai revu avec plaisir.
Chanteur swing généreux et péchu, il était accompagné par un lineup français correct, mais aussi et surtout par son excellente saxophoniste attitrée, Alison Young.
Un très bon moment passé dans ce cadre intimiste propice à la musique bleue.

Talant a, quant à elle, organisé sa traditionnelle Nuit Du Blues.
Sista Monica a ouvert le bal après une première partie.
Disons le franchement, j'ai trouvé la section rythmique très poussive, très "tchac-poum", manquant singulièrement de nuances. Sista Monica a mis du temps avant de me convaincre : je pense que c'est avant tout une chanteuse de soul, plutôt que de blues. Elle m'a quand même impressionné sur les morceaux lents.

Venait ensuite Zac Harmon, qui était déjà venu dans ce lieu il y a à peine 3 ans.
J'ai trouvé malheureux de revoir un artiste déjà passé il y a si peu, alors que tant de bluesmen restent à découvrir ou à faire venir... même si je connais les contraintes pour organiser une tournée blues en Europe...
J'ai préféré sa prestation de samedi dernier à celle d'il y a 3 ans.
Ce week-end il était accompagné par son propre groupe, et paraissait ainsi plus dans son élément. J'ai aimé son jeu de guitare incisif et aéré.
L'harmoniciste Grady Champion l'a rejoint sur scène en milieu de set. Showman hors-pair, je ne l'ai cependant pas trouvé chanteur ni musicien d'exception. Reste son sens du spectacle...

Ca m'a quand même fait plaisir de pouvoir faire quelques photos comme j'apprécie...

Et puis la bonne nouvelle est la venue, en octobre 2012, du légendaire groupe Canned Heat (du moins ce qu'il en reste), dans cette même salle de Talant.
Cerise sur le gâteau, mon pote Nico Duportal et ses acolytes ouvriront la danse... !

(clic sur les photos ci-dessous pour accéder aux galeries, l'ensemble des nouveautés est accessible sur cette page)

Zac Harmon, Nuit du Blues, Talant - mars 2012
photo non libre de droits

Big Rude Jake, La Péniche Cancale, Dijon - mars 2012
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Bien longtemps ... 
Bien longtemps que je n'avais reçu de petite claque en découvrant un artiste lors d'un concert.

Cette saison ne m'attire pas beaucoup au niveau de sa programmation...
Et pourtant, en couvrant Scroobius Pip pour le journal, j'ai eu le plaisir de tomber sur une première partie qui décape.

B.Dolan, rappeur, performer et activiste américain a livré, en solo, un set puissant et atypique. Typiquement le genre de personnage décalé qu'on peut découvrir dans Tracks, l'excellente émission dédiée à la contre-culture, sur Arte.

De plus, entre chaque morceau, B.Dolan nous a régalé de son humour grinçant et acerbe, livrant le visage d'une Amérique contestataire, aux antipodes des clichés conservateurs véhiculés par les séries TV d'outre-Atlantique.

Les photos sont en ligne sur cette page.

B.Dolan, La Vapeur, Dijon - février 2012
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 En musiques ...  
Voici l’heure d'un petit bilan des derniers concerts écoulés auxquels j'ai pu assister.

J'ai bien aimé James Blunt, malgré sa réputation de chanteur à ballades guimauves, je trouve son répertoire (enfin, quand il ne sort pas trop les violons sirupeux) plutôt bien foutu, assez pop-folk. Le groupe ce soir-là jouait très bien, j'y ai retrouvé toutes les sonorités et la mise en place qui me plaisent.

Disons le tout de suite, je n'aime pas du tout Florent Pagny. Ni ses chansons, encore moins le personnage. Il est arrivé sur scène assis dans un fauteuil de velours rouge avec bordures dorées, baignant de suffisance. J'ai pourtant bien écouté les paroles de son titre Si tu n'aimes pas Florent Pagny, mais rien à faire, il est l'incarnation de ce qui me rebute au plus haut point. Et sa voix ne me transporte absolument pas.

Je ne pouvais malheureusement pas être au concert de Patti Smith, mais j'étais à celui de Joey Starr, que j'attendais avant tout pour l'aspect photographique.
Musicalement ce n'est pas mon truc, mais je dois dire que sur scène c'est quand même une sacrée bonne claque. Le gros son est là, et surtout l'exceptionnelle présence et charisme de l'homme font le reste.
Un bon souvenir donc, même si pour les photos c'était tendu et plus difficile que prévu...

Enfin, je suis allé voir, ce week-end, Hubert-Félix Thiéfaine, en tant que simple spectateur.
Son avant-dernier album Scandale Mélancolique est un des disques français que j'ai le plus écouté ces dernières années...
Très bon concert. Thiéfaine ne s'est pas contenté de passer en revue les titres de son dernier disque en date comme le font tant d'autres, il s'est donné la peine d'offrir une sélection de morceaux, issue de toute sa carrière, très cohérente et recherchée.
Son répertoire n'est pas toujours très rose ni festif, mais pour ceux qui aiment le rock mélancolique et les univers à la Bashung, c'est un régal.

(La liste des dernières séries photos apparaît dans la colonne à droite de cette page, sous le logo Facebook)

Joey Starr, La Vapeur, Dijon - novembre 2011
photo non libre de droits


[4 commentaires]   |  permalien |   partager :

<< <Précédent | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | Suivant> >>