navigation   le site   \  le blog jeudi 13 décembre 2018      
 Diunna Greenleaf à Blues en Loire  
Cette année je ne me suis rendu au festival Blues en Loire que pour le dernier soir. Habituellement, j'y vais pour le dernier week-end, mais un bébé ça occupe :)
Pour mon unique soirée à ce festival, j'ai quand même assisté à un grand moment de musique.

La chanteuse américaine Diunna Greenleaf assurait le dernier concert.
Je l'avais déjà vue 3 fois par le passé, mais à chaque fois dans le cadre d'une tournée Chicago Blues Festival ou du genre, où elle n'était qu'invitée par une formation montée pour l'occasion.
Dans le festival nivernais, je l'ai enfin découverte avec un groupe qui lui était dédié, et avec son propre répertoire (j'avais déjà ainsi redécouvert Eddie Cotton Jr de la même façon).

C'est évidemment une chanteuse puissante, avec un grand charisme, qui ne se contente pas que d'envoyer ses titres, mais qui dirige également le groupe avec subtilité.

Excellente formation autour d'elle d'ailleurs : les formidables Danois Ronni Boysen à la guitare et Henrik Poulsen à la basse, musiciens pleins de style (chose rare pour un bassiste de blues).
J'ai été surpris de retrouver le très bon Français Pascal Fouquet à la deuxième guitare. Un peu comme si un chef étoilé devenait commis de cuisine. Mais cette distribution des rôles était en fait très logique, tant le niveau de Ronni Boysen est élevé. Et puis les 2 guitaristes ont prit des chorus sur tous les morceaux, chacun avec un phrasé différent, et donc complémentaire.

C'était vraiment un très très bon concert, qui ne m'a pas fait regretter de m'être déplacé à l'autre bout de la Bourgogne que pour un soir...

Les photos sont en ligne.

Diunna Greenleaf, festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2018
photo non libre de droits


Ronni Boysen, festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2018
photo non libre de droits


Pascal Fouquet, festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2018
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Monster Mike Welch & Mike Ledbetter au Crusoé  
Ce mardi de fin avril, Jagoblues a eu la bonne idée d'inviter le duo américain Monster Mike Welch et Mike Ledbetter à poser ses valises à Dijon, au cours de leur tournée européenne.

J'avais déjà vu Mike Welch à La Charité / Loire en 2010, puis une autre fois à Talant, où il accompagnait je ne sais plus quel artiste.
Cette fois, il tourne depuis plus d'un an avec le chanteur Mike Ledbetter.
Leur CD Right Place, Right Time est vraiment très bon.
C'était donc l'occasion de faire des photos dans cette petite salle du Crusoé qui me plait bien.

Je dois avouer que ce concert est un de ceux qui m'a le plus retourné ces derniers temps.
Le duo fonctionne à merveille. Welch est un puissant guitariste qui n'en oublie pas pour autant le feeling, Ledbetter chante divinement bien, et tous deux possèdent un sens de la scène innée.
Ces musiciens affichent plus qu'une complicité, une réelle connivence, se connaissent parfaitement musicalement, et emmènent avec eux un public pourtant clairsemé.
C'était un très grand moment de musique !
Rien à redire sur l'accompagnement français : Fabrice Bessouat, Mig Toquereau et Damien Cornelis sont désormais des références.

J'ai pu faire les photos que je voulais, malgré mon objectif grand angle (bien fatigué) qui a définitivement rendu l'âme en tout début de concert. J'ai donc utilisé mon (encore plus vieux) 28/70 Sigma que je possède depuis ma période argentique (réglage manuel du diaphragme). Il manque un peu de piqué, mais m'a sauvé la mise !

Je suis vraiment très content des photos que j'ai fait, et encore plus heureux quand Mike Ledbetter himself en partage le lien sur sa page Facebook perso, avec le qualificatif de "Wonderful Shots" (voir capture ci-dessous) !


Monster Mike Welch & Mike Ledbetter, Le Crusoé, Dijon, avril 2018
photo non libre de droits


Monster Mike Welch, Le Crusoé, Dijon, avril 2018
photo non libre de droits


Monster Mike Welch & Mike Ledbetter, Le Crusoé, Dijon, avril 2018
photo non libre de droits


Mike Ledbetter a visiblement apprécié mes photos :)


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Le festival blues de Talant 2018 

Voilà, l'édition 2018 du festival blues de Talant s'est achevée ce week-end.
Je suis plutôt satisfait des concerts que j'ai fait.

Le concert de Mike Wheeler était très bon, avec de bons musiciens (les Français Pascal Delmas et Fred Jouglas à la section rythmique, ainsi que l'Allemand Kai Strauss à la seconde guitare).
J'ai pu y faire des photos dont je suis content, dans cette petite salle du Crusoé que j'apprécie.

Keith Johnson est encore jeune (à peine 25 ans), et en était à sa première tournée européenne. J'ai aimé le paradoxe entre son répertoire plutôt classique et conventionnel, et la fougue avec laquelle il a interprété ses morceaux. Il est comme habité lorsqu'il joue, et transmet ainsi une énergie communicative.
A noter la très bonne première partie des Dijonnais de Mojo Blues !
Cela faisait presque 20 ans que je n'avais pas remis les pieds dans la Salle Gabin. La configuration était minuscule, les pieds des premiers rangs touchaient les retours du leader. De plus, un second guitariste beaucoup plus grand que ce dernier bouchait l'angle de vue d'un côté.
J'ai donc fait pas mal de photos du côté cour, le côté le moins évident avec un guitariste droitier. Je me suis plié dans tous les sens, à genoux, pour essayer d'avoir des vues intéressantes, avec le grand angle.
Au final, ça m'a permit d'avoir des photos qui sortent de mon ordinaire, notamment celle ci-dessous dont je suis plutôt fier :)

De la grande soirée de clôture, j'ai vraiment aimé Lil'Jimmy Reed, qui était là pour son unique date française. Ce grand bonhomme fait du Jimmy Reed (mais pas que), à la Jimmy Reed. Il faut donc aimer Jimmy Reed, ce qui est mon cas :)
En tout cas, malgré ses 80 ans il a, lui aussi, communiqué une grande énergie à l'auditoire.
Pour les photos c'était moins évident : il joue assis, avec un porte-harmonica et un micro-visage. Les angles sont plutôt limités, mais j'ai quand même pu faire quelques portraits.

J'ai vraiment aimé également Eddie Cotton Jr qui terminait la soirée. Un blues bien posé et teinté de soul, à l'image de cette magnifique cover de I'll Play th Blues for You d'Albert King avec laquelle il a ouvert le set. Et puis, même avec un répertoire cool, il mouille quand même la chemise dès le deuxième morceau.

Je suis passé par contre au travers du concert de Tom Holland et Omar Colleman. J'ai trouvé ça un peu trop arrangé et moderne.
Et pour les photos j'ai abandonné : Coleman l'harmoniciste joue avec lunettes de soleil et casquette vissée sur la tête. Autant dire que ce n'est pas du tout intéressant à photographier. Idem pour le guitariste Tom Holland, qui portait un large chapeau empêchant toute lumière de déboucher son visage.
Ca a donc été l'occasion pour moi d'aller déguster l'excellente bière de printemps de la Brasserie de Vitteaux. Très bonne idée d'ailleurs que d'inviter une brasserie artisanale sur le festival ! :)

Les séries photos :
Mike Wheeler
Keith Johnson et Mojo Blues
Eddie Cotton Jr et Lil'Jimmy Reed


Keith Johnson, Talant International Blues Festival, mars 2018
photo non libre de droits


Mike Wheeler, Talant International Blues Festival, mars 2018
photo non libre de droits


Lil'Jimmy Reed, Talant International Blues Festival, mars 2018
photo non libre de droits


Eddie Cotton Jr, Talant International Blues Festival, mars 2018
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Toute la musique que j'aime ...  
Depuis que j'ai arrêté les photos de concerts pour le Bien Public, je me consacre aux photos de concerts blues (également aux photos de paysages).
Et j'ai été gâté ces derniers temps, car l'association Jagoblues a organisé 3 concerts blues d'affilée.

La tournée New Blues Generation s'est arrêtée à Dijon en novembre. Plus précisément à Marsannay-la-Côte, car la salle habituelle de Talant est en travaux. Je trouve d'ailleurs l'acoustique de ce nouveau lieu bien meilleure.
Marquise Knox était à l'affiche. Bien mieux disposé que lors de son premier passage dans la région il y a 3 ans. Il partageait la scène avec la chanteuse Kat Riggins, et ont offert un spectacle sans prétention et de bonne facture.

John Nemeth est venu fin novembre dans la salle dijonnaise du Crusoé. Espace flambant neuf et moderne, le lieu idéal pour de petits concerts.
Nemeth était, lui aussi, déjà venu il y a 4 ans, avec son propre groupe. Cette fois, c'était avec l'excellent lineup français Anthony Stelmaszack, Fabrice Bessouat, Antoine Escalier qu'il a distillé un set débuté blues, mais qui a vite bifurqué sur un répertoire très soul du meilleur effet. C'était un très bon moment.

La traditionnelle tournée Chicago Blues Festival est venue début décembre à Marsannay.
Le guitariste Carl Weathersby a joué mais était malade. Le premier set était passable, mais le deuxième franchement très moyen. Ce concert n'était pas inoubliable, mais j'ai pu y faire des photos dont je suis satisfait : le plan de scène était assez serré, j'en ai donc profité pour serrer mes cadrages, et ainsi focaliser mes images sur les visages.


Enfin, il n'aura échappé à personne que Johnny Hallyday nous a quittés, emporté par la maladie. Un service presse m'avait d'ailleurs contacté 2 semaines avant son décès, à la recherche de photos d'archives, en prévision d'une fin que beaucoup sentaient proche.
Je n'étais pas fan de Johnny, même si j'écoute de temps à autre un de ses albums.
Par contre, les 2 concerts de lui auxquels j'ai pu assister m'avaient énormément impressionné. L'expression "bête de scène" prend avec lui tout son sens.

J'ai apprécié l'hommage qui lui a été rendu à l'occasion de ses obsèques.
Faire descendre les Champs-Elysées par le convoi funéraire, suivi d'une escorte de bikers, ça avait franchement de la gueule, et ça change des défilés militaires !
Faire entrer dans l'église une cinquantaine de fans anonymes choisis parmi la foule, au milieu du gratin show biz / politique, c'était grand également.
Hallyday avait ses défauts, ses opinions (assumées d'ailleurs), mais il a marqué, qu'on le veuille ou non, le pays comme peu l'ont fait.
Bien entendu, quelques censeurs aigris ont cru bon de déverser leur fiel à cette occasion. Je me dis alors que les mieux déguisés dans cette histoire ne sont pas certains fans de Johnny avec leurs t-shirts "tête de loup", mais ces prétentieux dans leur ridicule tenue de suffisance.

Les photos :

- série photo New Blues Generation 2017
- série photo John Nemeth au Crusoé
- série photo Chicago Blues Festival 2017
- mes photos de Johnny Hallyday : 2013 et 2015


Kat Riggins, concert New Blues Generation, Marsannay-la-Côte (21), novembre 2017
photo non libre de droits


John Nemeth, Le Crusoé, Dijon, novembre 2017
photo non libre de droits


Carl Weathersby, concert Chicago Blues Festival, Marsannay-la-Côte (21), décembre 2017
photo non libre de droits



Johnny Hallyday, Le Zenith, Dijon, juin 2013
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Mes photos de Blues en Loire 2017 
Je suis allé faire mon petit tour au festival Blues en Loire, autour de la mi-août.
Le festival durait cette année encore une semaine complète, mais je n'ai assisté qu'aux 3 derniers soirs, du jeudi au samedi.

J'aurais aimé voir le concert du duo australo-irlandais Hat Fitz and Cara dans l'après-midi du vendredi, dans cette superbe salle du Cellier des Moines, mais la tournée française du groupe a dû être annulée suite à de graves problèmes familiaux d'un des membres.
J'ai quand même apprécié le concert des Belges Guy Verlinde and the Mighty Gators.
Ils distillent un blues à la fois rugueux et en même temps festif. Le leader Guy Verlinde possède un certain sens du spectacle qui donne au show un aspect très enjoué.

Le lendemain, j'ai pu assister à la prestation du nouveau projet de Fred Chapellier, Fred Chapellier & the Gents featuring Dale Blade.
J'avais réellement aimé son concert d'avril 2016 à Talant. Avec cette nouvelle formation, il délaisse le blues-rock pour un répertoire très nettement orienté soul du meilleur effet.
Clavier, harmonica, ainsi que le chanteur de la Nouvelle-Orléans Dale Blade complètent le talent du guitariste. Le tout donne une formation très cohérente et bien équilibrée. Un très bon moment passé. Un album est déjà enregistré, il devrait sortir début 2018. J'attends sa sortie avec impatience...

Le dernier soir c'était Shawn Holt, fils de feu Magic Slim qui clôturait le festival. Répertoire sans surprises axé Chicago blues, son set, à grands renforts de shuffles, était plutôt bon. J'ai notamment apprécié le jeu du Français Xavier Pillac à la seconde guitare, qui a pris un bon nombre de chorus très inspirés dans un style que je ne lui connaissais pas.

Voilà, une vingtaine de photos ramenées, dont je suis plutôt satisfait...

Xavier Pillac, festival Blues en Loire, août 2017
photo non libre de droits

Philippe Billoin et Fred Chapellier, festival Blues en Loire, août 2017
photo non libre de droits

Guy Verlinde, festival Blues en Loire, août 2017
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :

<Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> >>