navigation   le site   \  le blog mercredi 24 juillet 2019      
 Les courses de voitures 
depuis peu je me suis lancé dans les photos de courses de voitures.
le circuit de Dijon-Prenois, là où se sont déroulés moults grands prix de France de Formule 1 par le passé, accueille régulièrement des courses de GT, de véhicules de sport historiques, ou encore d'essais privés...

j'ai débuté courant juillet avec les 6 heures de Dijon, course d'endurance. les voitures sont des monoplaces. cependant le spectacle est vite répétitif, les voitures tournant en boucle pendant plusieurs heures...
mi-août j'ai eu par contre l'occasion d'assister au Trophée Pierre Martinet, course de GT beaucoup plus nerveuse, car nettement moins longue, et avec des voitures du style Porsche (grosse majorité), mais aussi Ferrari, Viper, ou encore Ford GT40.
le spectacle est plus interessant qu'en endurance.

le circuit de Prenois possède un endroit stratégique et meme devenu mythique, appelé la "cuvette" : quelques virages apres la ligne droite des stands, la piste descend au fond d'une petite vallée, la sillonne puis remonte de facon assez abrupte.
c'est ici que pas mal du spectacle se fait, et au niveau photos, c'est, à mon avis, l'endroit le plus interessant pour réaliser des filés (avoir le sujet net et le decor comme en mouvement).
pour cela, j'utilise mon objectif Sigma 75-300. je me calle en priorité vitesse bien sûr, et je regle ma vitesse sur le 1/200eme de seconde.
l'idée est ensuite de suivre le sujet dans l'objectif et de declencher dans le mouvement. avoir un effet de mouvement est assez facile à réaliser, mais encore faut-il que le sujet principal (la voiture) soit net.

pour que l'autofocus soit rapide au moment du déclenchement, je lui fais faire une "pré-mise au point" sur le point de la piste où je compte déclencher, évitant ainsi qu'il fasse des va et viens trop longs à l'instant décisif.
avec mon D70, et comme bien souvent, je sous-expose de -0.3 ou -0.7 IL, voir plus pour les vehicules de couleur blanche, surtout si il y a du soleil, pour eviter de "cramer" les hautes lumieres.

les filés sont plus faciles à réaliser lorsqu'on est loin du sujet : suivre une voiture qui passe par exemple à 200 Km/h à 5 metres de soi suppose que l'on pivote sur soi-meme tres rapidement, alors que si on se trouve à 50m du sujet l'amplitude du mouvement est moins importante. pour ça la "cuvette" du circuit offre la possibilité de prendre le recul nécessaire.

le probleme de mon 75/300 (vieille carne que je possède depuis mon époque argentique) est qu'il est un objectif à pompe (contraitement aux objectifs qui se tournent pour modifier la longueur de la focale), et que, du coup, il fait entrer pas mal de poussieres qui vont se loger sur le miroir du boitier. il faut donc régulierement que j'ouvre mon boitier pour nettoyer le miroir, prenant ainsi le risque de faire entrer des poussieres qui, cette fois, iraient se loger sur le capteur...

un des écueils à eviter dans ce genre de photos, c'est la redondance. il faut multiplier les angles et lieux de prise de vue pour eviter d'avoir toujours le meme type de photos, essayer d'avoir des instants décisifs comme des dépassements, des virages où les voitures sont à la limite de l'adherence... je ne suis pas sûr personnellement de toujours réussir à éviter ce genre d'écueil... mais j'essaye de m'y attacher... :))

Prenois accueille les 22 et 23 septembre prochains le Trophée Historique de Bourgogne, avec beaucoup de courses et la présence notamment d'anciennes Formules 1, l'occasion pour moi de me perfectionner un peu dans ce domaine... :))

voir les séries sports mécaniques 01 et sports mécaniques 02

édition le 23/09/2007 : les photos des Trophées Historiques de Bourgogne sont maintenant en ligne : série sports mécaniques 03




 Commentaires 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.