blog sur la photo de concert
 
        navigation   le site   \  le blog samedi 19 avril 2014      
 Tout Va Bien  
Cette semaine j'ai couvert en photos, pour le journal, la première du nouveau spectacle interprété par le Dijonnais Yves Jamait, Tout Va Bien (Jamait chante Guidoni).
Il s'agit d'une partie du répertoire de Jean Guidoni adaptée par le metteur en scène Benoît Lambert et par Jamait.

Le chanteur est uniquement accompagné sur scène par une batterie et un piano. Le décor est lui aussi minimaliste, puisque tout noir et dépouillé.
Jamait et ses 2 musiciens, vêtus de sombre, sont maquillés, visage blanc et yeux détourés de noir.

Les morceaux de Guidoni sont saisissants de réalisme, parfois crus, parfois sensibles, et entre les titres l'interprète se laisse parfois aller à des textes déclamés.

La mise en scène est fine et juste.

L'ensemble est parfaitement prévu pour Yves Jamait qui, qu'on aime ou pas sa musique, est tout de même un très bon chanteur et une sacrée bête de scène, possédant une présence et une aura remarquables.

Le spectacle m'a tellement plu que j'y suis retourné ce week-end, mais cette fois sans appareil photo, en simple spectateur, histoire de profiter pleinement, dans le magnifique cadre du théâtre du Parvis St Jean.

Les représentations dijonnaises sont prévues jusqu'au 16 novembre, encore un peu de temps pour en profiter...

Tout Va Bien (Jamait chante Guidoni), Théâtre du Parvis St Jean, Dijon, novembre 2013
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Yan Péchin 
Vendredi soir je suis allé faire des photos d'un concert pour le journal. Parmi les musiciens qui accompagnaient l'artiste principal, j'ai tout de suite repéré un nom qui me parlait : celui de Yan Péchin, guitariste.

Je vois son patronyme régulièrement, depuis des années, à côté de celui de grands de la musique française : il accompagne, entre autres, Jacques Hygelin, Miossec, Thiefaine, et a beacuoup tourné avec Alain Bashung.
Je l'avais déjà vu sur scène, mais encore jamais photographié.

Ce week-end, l'occasion était belle. La salle était petite, je me suis donc placé juste à ses pieds.
Je dois d'ailleurs avouer m'être beaucoup plus focalisé sur ce musicien que sur l'artiste principal du concert. D'ailleurs, la série photo que je mettrai en ligne lui sera uniquement consacrée.

Yan Péchin n'est pas un guitariste comme les autres. Bien sûr, il maîtrise l'instrument, comme beaucoup.
Mais son truc à lui repose plutôt sur les atmosphères, les ambiances, les couleurs musicales. Sa guitare miaule, gémit, hurle.
Le voir sur scène est également un spectacle en lui-même : longs cheveux bouclés, mince et élancé, il semble comme habité lorsqu'il joue.
Bref, le genre de musicien que j'aime, avec une personnalité qui lui est propre, une présence et une implication unique.

Au début je l'ai beaucoup photographié au grand angle, mais celui-ci n'ouvrant qu'à 2.8, j'ai ensuite opté pour mon 35mm 1.8, plus lumineux, afin de mieux faire avec les lumières, que je trouvais plutôt moyennes.

Je suis plutôt satisfait de mes photos... le traitement noir et blanc est en cours, je pense mettre tout ça en ligne bientôt...

Un petit aperçu ci-dessous en attendant la suite... stay tuned !

Edit : les photos sont maintenant en ligne !

Yan Péchin, Le Bistrot de la Scène, Dijon, septembre 2013
photo non libre de droits

Yan Péchin, Le Bistrot de la Scène, Dijon, septembre 2013
photo non libre de droits


[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Retour de Blues en Loire... 
Comme tous les ans, je suis allé faire mon petit tour au festival Blues en Loire. C'était d'ailleurs mon seul festival cet été. Envie de décompresser un peu...
Je n'ai assisté qu'aux 2 soirées de vendredi et samedi en salle, pas aux concerts en journée.

Comme je l'expliquais, j'attendais beaucoup James Harman.
Autant le dire de suite, l'harmoniciste californien m'a fait l'effet d'un pétard mouillé.
Il est d'ailleurs arrivé sur scène en s'excusant d'avoir la voix cassée, comme quoi il avait eu une soirée difficile le jour d'avant, expliquant ironiquement qu'on l'avait "forcé" à boire, chose dont il n'aurait pas l'habitude... (rires du public).
Renseignements pris, James et son pianiste de longue date se seraient envoyé à eux deux, la veille au soir, une bouteille entière de mirabelle, de celle qui réveille les morts, et qui déchausse les dents des vivants...
Forcément, difficile d'être frais comme un gardon le lendemain.
L'autre problème venait également qu'il n'avait jamais joué avec le groupe qui l'accompagnait. Ca se voyait, ça s'entendait.

Heureusement, l'Américaine Jersey Julie qui l'avait précédé sur les planches avait vraiment bien assuré.
Accompagnée par 2 Français, elle a offert un set qui m'a conquis. Mélange de country, rock, blues. Autour d'elle une contrebasse et une (excellente) guitare. Elle, en plus de chanter, tient le saxophone. Elle m'a fait penser par moments à Candye Kane, par son répertoire, sa gouaille, son énergie.

Le lendemain, j'ai aussi aimé Mz Dee. Notamment le groupe italien qui était derrière elle. Décidément, c'est la 3ème fois que je vois des excellentes formations italiennes blues sur ce festival, après, en 2010, le lineup de Big Pete Pearson, ainsi que Veronica and the Red Wine Serenaders.

Les French Blues All Stars clôturaient les concerts. Sorte de dream-team du blues français, elle réunit certaines des plus fines gâchettes hexagonales de cette musique.
C'est bien, ça joue bien, mais sans plus. Comme une impression de formation née que pour tourner, faire des reprises, et offrir du spectacle à qui n'en veut.
Ce n'est pas un mal en soi, mais j'aime avant tout les groupes qui ont leur propre personnalité.
Ceci dit, je suis toujours scotché par Thibault Chopin, bassiste hors-pair, qui, lorsqu'il empoigne une guitare ou un harmonica, nous offre toute la dimension de ses talents de musicien multi-instrumentiste.

Les photos que j'ai ramenées ne sont pas inoubliables, je les trouve plutôt moyennes. C'est comme ça :)
Stéphane Blanc, contrebassiste de Jersey Julie,
festival Blues en Loire, La Charité/Loire, août 2013
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 ZZ Top au Zenith de Dijon 
Jeudi dernier j'ai couvert pour le journal le concert des ZZ Top au Zenith de Dijon.

Comme j'en parlais dans ce billet, j'ai longtemps été inconditionnel du trio texan.
Inutile de dire que, me retrouver face à Billy Gibbons, appareil photo en main, a été une grande satisfaction pour moi :)

Le concert était vraiment sympa, même si j'ai trouvé le batteur plutôt "pas dans son assiette".
Les grands classiques ont été joués (La Grange -inévitable-, Tush, Gimme all your Lovin', Jesus Just Left Chicago...)
C'est blues, c'est rock, le son et le phrasé de guitare sont un peu métal, c'est ZZ Top !

Ce qui m'a plu également, c'est tout cet univers si particulier et qui leur est propre : les costumes de scène violet ornés de bijoux, les guitares customs et parfois moumoute, les projections vidéos sur écran ne laissant aucun doute quant à leur passion pour la mécanique automobile, les serpents à sonnette ou les filles à gros seins :)
Tout ça est bien sûr très kitch, limite beauf, mais tellement bien fait et assumé, que ça en devient plaisant.

Niveau photo, trois morceaux autorisés pour shooter, comme à l'habitude, puis j'ai dû rentrer chez moi envoyer les photos au journal avant 22h, et revenir ensuite au Zenith assister en spectateur à la fin du concert.
Les lumières étaient bonnes et même très fortes, et parfois les écrans vidéos situés en fond de scène m'ont un peu gêné.
Par contre, la scène, assez basse et dégagée de tout retour, a permis des angles vraiment sympas.
En fin de compte, je pense avoir une série photo dont je suis plutôt satisfait !

C'était également un vrai plaisir de faire des photos dans de bonnes conditions, malgré le statut et la notoriété internationale du groupe...
Ca change de certains artistes, souvent Français, avec qui ça se passe mal...
Ici pas de contrat préalable à signer, personne sur notre dos pour nous fliquer, pas de vérification des photos qu'on a faites...
On travaille sereinement, on respecte les conditions qu'on nous a données, et tout se passe bien, pour tout le monde.

Il me faut encore un peu de temps pour terminer le traitement noir et blanc de la série complète, que je pense mettre en ligne d'ici la fin de semaine... Deux petites ci-dessous pour patienter, en attendant la suite :

Edit : les photos sont maintenant en ligne sur cette page !

ZZ Top, Le Zenith, Dijon, juin 2013
photo non libre de droits

ZZ Top, Le Zenith, Dijon, juin 2013
photo non libre de droits


[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Une soirée à Rolling Saône 2013 
Comme l'an dernier, je suis allé, ce week-end, faire un petit tour au festival Rolling Saône, à Gray (70).
Je ne me suis déplacé que pour le soir du vendredi, le reste ne m'intéressait pas trop. J'attendais surtout IAM, ainsi que Mass Hysteria.

Globalement, j'ai passé une bonne soirée. De tout ce que j'ai vu, rien ne m'a déplu.

Evidemment, j’appréhendais Mickaël Miro.
Fût un temps, j'ai failli péter un câble à trop entendre son single L'Horloge Tourne, titre très "goldmanien", en boucle à la radio.
Musicalement je ne suis toujours pas fan, mais je dois dire que le personnage m'a plu : arrivé la veille de sa prestation sur le site du festival, et alors qu'on lui avait pourtant remis ses pass all access, il est venu assister aux concerts en payant sa place, comme tout le monde.
A l'heure où beaucoup de groupes hallucinent en exigeant la réponse à des caprices des plus extravagants en marge de leur sets, il est bon parfois de voir des gens rester simples et humbles.

J'ai aimé le concert d'IAM. J'ai trouvé leur chanteur Akhenaton changé, comme plus confiant, l'expression qu'il dégageait le rendait comme plus serein.

J'ai aimé également Broussaï, même si je ne suis pas fan de reggae. Ca jouait plutôt bien, surtout pour un groupe aussi nombreux. On sent une solide expérience.
Par contre, quelques-uns de leurs textes n'évitent pas certains poncifs.

Enfin, Mass Hysteria a clôturé la soirée dans un déluge de décibels. C'est solide, ça mélange métal, indus, parfois hard-core, et c'est franchement efficace !

Pour les photos, rien à dire concernant Miro : 2-3 photos sympas ramenées.
Pour IAM, la déception. Rien ramené de vraiment intéressant. De plus, sur les 3 premiers morceaux autorisés, le deuxième était éclairé d'un rouge violent qui rendait quasiment inexploitables les photos.

Sur Broussaï et Mass Hysteria, j'ai pu faire des trucs sympas, même si la scène était assez haute, obligeant à des cadrages fortement en contre-plongée.

Encore un petit peu de temps pour terminer le traitement de la série complète, mais en voici une petite poignée pour patienter :

Edit : les photos sont désormais en ligne sur cette page !

Broussaï, festival Rolling Saône, Gray, mai 2013
photo non libre de droits

Mickaël Miro, festival Rolling Saône, Gray, mai 2013
photo non libre de droits

IAM, festival Rolling Saône, Gray, mai 2013
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> >>