blog sur la photo de concert
 
        navigation   le site   \  le blog mercredi 23 avril 2014      
 Dossier dans Chasseur d'Images n.363 
Un mot pour signaler que la magazine Chasseur d'Images, dans son numéro 363 daté de mai 2014, consacre un dossier de 18 pages intitulé "Photographier la Scène", illustré par les photos couleur du photographe bordelais Nikolas Ernult, ainsi que par les photos noir et blanc de votre serviteur.

L'idée de base du magazine était de réaliser un dossier sur ce sujet, écrit par un journaliste de la rédaction, et mis en images par deux photographes, l'un travaillant en couleur, et l'autre en noir et blanc.
Le choix des photos retenues a été donc fait afin de mettre en avant des associations d'expressions capturées par Nikolas et par moi-même.

A noter que je n'ai proposé au magazine, et contrairement à ce que j'avais fais pour Photofan en 2009, que des images autres que celles que je prends dans le domaine du blues.
Je ne me voyais pas présenter le même sujet, le même terrain de prédilection que celui qui m'avait déjà valu les honneurs d'un magazine national il y a 5 ans.
J'ai donc sélectionné des photos issues de ce que je fais régulièrement pour le journal, et Chasseur d'Images a retenu de mon envoi une belle fourchette diversifiée et représentative de ce que je fais : du théâtre, de la musique classique, de la pop, du rock...

5,30 € en kiosques. (dossier des pages 70 à 87)




[6 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Les Nuits du Blues... 2014 
Vendredi et samedi soir j'ai couvert les Nuits du Blues 2014 de Talant pour le journal, et par la même occasion pour mon plaisir !

John Mayall assurait la première soirée.
Je l'avais déjà vu dans cette même salle en 2010, je ne voulais donc pas m'attarder sur son concert.
Arrivé après le début, j'apprends avec surprise que seuls les 3 premiers morceaux sont autorisés pour les photos, alors qu'il y a 4 ans c'était libre.
C'est bien la première fois que des limitations photo ont lieu dans cette salle...
Arrivant tant bien que mal à fendre la foule pour me rendre au pied de la scène, un collègue photographe m'apprend que le deuxième titre se termine déjà.
Je vais donc devoir assurer sur le seul et unique morceau me restant pour photographier...
Heureusement les lumières sont bonnes, et j'arrive à avoir, dans le lot, une bonne poignée d'images dont je suis satisfait...

Le lendemain, j'arrive pendant le set de l'Américain Toronzo Cannon, qui ouvrait la série de 3 concerts de la soirée.
Je reconnais de suite les musiciens français qui l'accompagnent, le Gas Blues Band, mené par le guitariste Garspard Ossikian.
Je suis vite conquis, ça joue très bien, le chant est également bon, et le show est vraiment au rendez-vous. Un très bon moment.
Otis Taylor a pris le relai. Je l'avais déjà vu il y a un paquet d'années au festival de Cognac.
C'est sympa, plutôt hypnotique, mais je dois avouer qu'à la fin du set j'ai éprouvé une forme de lassitude.
Sugar Ray Norcia était accompagné par le guitariste Monster Mike Welsh pour clôturer la nuit. Je l'avais également déjà vu à Talant (soutenu, à l'époque, par la guitare de Duke Robillard). Idem, j'avais assisté à un concert de Mike Welsh à La Charité/Loire, avec un autre lineup.
Samedi, j'ai vraiment aimé le set qu'ils ont livré. Je les ai préféré tous les 2 ensembles que lors des fois passées où je les avais entendus chacun séparément.
Ca a joué très west-coast, et très bien.

Pour les photos je n'ai pas fait grand chose sur Otis Taylor (très statique et pas de bonnes lumières), et je n'ai pas insisté, pensant me rattraper sur le concert d'après.
Sauf que les lumières n'étaient pas meilleures pour les photos ensuite...
J'ai tout de même essayé de ramener quelque chose de Mike Welsh avec Sugar Ray, mais je dois dire que je n'ai rien que j'estime valable...
Tant pis, il me reste quelques-une de John Mayall qui tiennent la route, plus d'autres du second soir qui feront l'affaire...

Le temps que je termine le traitement (qui est déjà bien avancé), et tout sera en ligne bientôt.
Un poignée ci-dessous pour patienter... stay tuned !

Edit : les photos sont maintenant en ligne sur cette page !

John Mayall, Les Nuits du Blues, Talant (21), mars 2014
photo non libre de droits

Patrice Meyer (bassiste de Toronzo Cannon), Les Nuits du Blues, Talant (21), mars 2014
photo non libre de droits

Anne Harris (fiddle d'Otis Taylor), Les Nuits du Blues, Talant (21), mars 2014
photo non libre de droits


[3 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Du blues à l'affiche...  
Vous allez bientôt la voir fleurir sur les murs de la cité des Ducs de Bourgogne, l'affiche de la première édition du Talant International Blues Festival, qui aura lieu fin juin à côté de Dijon, et dont je parlais il y a peu.

Comme prévu, le guitariste Elvin Bishop sera de la partie, mais également l'excellente chanteuse Shemekia Copeland (espérons qu'elle soit toujours accompagnée du fantastique Arthur Neilson à la guitare...).
Côté artistes français, Xavier Pillac est annoncé.

La bonne nouvelle, c'est que cette programmation révèle également des noms dont je n'ai jamais entendu parler : Earnest Guitar Roy (qui sera donc à Talant avant sa venue au festival de Cognac), Marquise Knox, Bonny B...
Des découvertes en perspective donc, c'est toujours une bonne chose à côté des pointures plus connues.

Réjouissons-nous que la région dijonnaise se dote enfin d'un vrai festival blues digne de ce nom : depuis la disparition du festival du Creusot, il y avait réellement un vide à combler... Donc merci à l'équipe Jagoblues de cette heureuse initiative !

Et pour patienter jusqu'en juin, rappelons que les Nuits du Blues auront lieu, également à Talant, les 21 et 22 mars (John Mayall, Sugar Ray Norcia, Otis Taylor).

2 photos de Shemekia Copeland et Xavier Pillac, qui seront à l'affiche du festival, que j'ai réalisé par le passé :
Shemekia Copeland, Talant (21), mars 2009
photo non libre de droits

Xavier Pillac, festival Blues en Loire, août 2010
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Des petites photos éparses... 
Ces derniers temps je n'ajoute pas vraiment de séries complètes consacrées à un artiste ou à un concert sur ce site, mais plutôt des petites photos éparses.
Bien entendu, ce sont des photos réalisées pour le journal.

Par contre, je ne mets pas toutes les photos faites pour le journal ici (il y en aurait trop, et certaines -voir beaucoup- n'ont pas vraiment d'intérêt disons... esthétique !), mais uniquement celles qui me plaisent, comme ci-dessous.
Ce sont rarement des images qui dépotent réellement, plutôt des "trucs sympas", sans plus.

Mais j'avoue que j'aime quand même les partager sur ce site, après les avoir travaillées en noir et blanc.
Des petits souvenirs, témoignages divers de mes pérégrinations photographiques dans les spectacles dijonnais... A retrouver, comme d'hab', sur la page des nouveautés.


Guillaume Pierre, Théâtre des Feuillants, Dijon, janvier 2014
photo non libre de droits


Andreas Staier & Georg Nigl, L'Auditorium, Dijon, février 2014
photo non libre de droits


M-C. Bertheau & C. Séchaye, L'Auditorium, Dijon, novembre 2013
photo non libre de droits


Quatuor Manfred, Eglise Réformée, Dijon, décembre 2013
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Lectures musicales... 
Ces derniers temps je me suis passionné pour des lectures de biographies ou d'autobiographies dédiées à des musiciens que j'apprécie.

J'ai débuté avec celle, dont l'écriture a été interrompue par sa mort, de Daniel Darc, Tout est permis mais tout n'est pas utile, coécrit par Bertrand Dicale.
Une vie et un parcours chaotique, mystique, rythmé par les excès, mais aussi et surtout par une sensibilité à fleur de peau.
Comme on s'en doutait, l'homme nous avoue ne jamais avoir aimé le tube Chercher le Garçon, dont le succès qu'il a eu avec le groupe Taxi Girl a contribué à sa renommée.
Il semble avoir fini par trouver une sorte de paix intérieure dans la religion, comme quoi le punk mène à tout.
Le livre est vraiment intéressant.


Ensuite, je me suis plongé dans De Noir Désir à Bertrand Cantat, par Pierre Mikaïloff.
Comme son nom l'indique, il s'agit d'une bio complète du groupe bordelais, de ses débuts à la carrière solo de chacun de ses membres, suite à la séparation. Un travail documentaire colossal.
Attention, il s'agit d'un ouvrage qui ne s'intéresse qu'à l'aspect musical du groupe. Bien entendu, l'affaire de Vilnius y est forcément abordée, puisqu'elle fait partie de l’histoire de la formation, par la force des choses.
Mais ne vous attendez pas à y lire des rapports d'instruction liés au drame. Pour ça, je vous renvoie plutôt à L'Amour à Mort, par Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard, que j'ai lu aussi.
Ce livre de Pierre Mikaïloff est vraiment une mine d'information sur Noir Désir, son histoire, son mode de fonctionnement. Indispensable pour tous ceux qui aiment le groupe, mais aussi pour les autres, tant on y apprend sur la dimension humaine et sur la démarche intègre du quatuor bordelais.
Et puis, avantage ultime, son auteur est écrivain mais également musicien, il a d'ailleurs eu l'occasion de croiser "Noir Dez" à plusieurs reprises sur scène, ce qui fait qu'il connaît parfaitement son sujet.


Ensuite, j'ai trouvé une édition poche de l'autobiographie de Johnny Cash, Johnny Cash l'Autobiographie, écrite peu de temps avant sa mort.
J'ai vraiment dévoré ce bouquin.
Cash y aborde sa vie avec une franchise remarquable, depuis son enfance dans les champs de coton et la mort de son frère aîné, jusqu'à son travail avec Rick Rubin, en passant par les tournées où il partageait l'affiche avec Elvis Presley et Jerry Lee Lewis.
Tout n'est pas reluisant. Des années de mal-être, comblées par la défonce aux amphétamines et les conneries qu'il a pu faire sous leur emprise, dépendance dont il aura tant de mal à se sortir. Le tout avec un regard sans complaisance.
Puis son union avec June Carter, qui l'aidera à sortir la tête de l'eau pour enfin avoir une vie plus sereine.
Le style y est simple, droit, et vraiment facile à lire.
Ce bouquin est le support idéal du très bon film Walk The Line, de James Mangold, avec l'excellent Joaquin Phoenix, que j'ai revu par la même occasion.


Je viens d’entamer Neil Young, Une Autobiographie.
Arrivé à la moitié de l'ouvrage, j'ai découvert un homme avec des projets plein la tête (pas toujours liés à la musique), et comme Johnny Cash, aucune envie de prendre sa retraite.

Par contre, je trouve le style moins évident que le livre précédent, et même un peu moins plaisant. Peut-être est-ce dû au fait que j'apprécie plus Cash que Young ?
En tout cas, hâte de lire la suite...

Ce que j'aime dans ces livres, c'est bien entendu d'entrevoir l'envers du décors.
Découvrir les personnes, leur histoire, leur façon de faire, derrière l'oeuvre.
Et aussi connaître l'origine de telle ou telle de leur création, le pourquoi.
Et une fois Neil Young terminé, je pense me diriger vers celle de Keith Richards, dont on m'a dit le plus grand bien...


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> >>